Journées d'été de Marine à Nice

COMPTE RENDU D’ UNE MILITANTE DU RHÔNE POUR LES JOURNEES D’ ETE DE MARINE A NICE

 » Samedi 10 septembre 2011 … me voilà en route vers Nice et les journées d’été Marine 2012. Je ne sais pas encore ce que je vais vivre car c’est mon premier meeting politique mais je sais déjà ce que je ne veux pas vivre : un rassemblement de militants en quête de reconnaissance, se congratulant tels des applaudit-maîtres de grands discours hypocrites qui resteront lettres mortes. D’ailleurs, l’actualité m’apprend qu’il va justement falloir que je sois vigilante sur mon orientation dans la ville. Parce que je pourrais vivre ce cauchemar. Donc, pas d’erreur possible, direction l’Acropolis.

L’accueil est chaleureux, l’organisation impeccable, les conférences de qualité et d’une grande diversité avec des orateurs de renom. Une part belle est laissée à l’économie, la crise, les déviances de la spéculation financière, les effets pervers et coûteux de l’Europe d’aujourd’hui, la sortie inéluctable de l’Euro, l’urgence de tourner le dos à la mondialisation (…). Les enjeux sont de taille d’où l’importance de l’assistance mais aussi des médias. Quant aux solutions proposées depuis tant d’années, si souvent décriées voire tout simplement lynchées au nom de la police de pensée, pour justifier leur bien fondée, il suffit de savoir qu’elles n’ont jamais été autant plagiées.

L’ambiance dans les couloirs est bon enfant. Les discussions tournent autour de l’avenir de la France, des soucis quotidiens des français, des injustices sociales, de la métamorphose de Nice avec une certaine nostalgie dans la voix (…). L’inquiétude est là, est-il déjà trop tard ? Je ne connais pas grand monde ; je suis nouvelle arrivante au Front, adhérente et militante depuis 18 mois seulement. Alors j’observe et je vois une France toutes générations et tous milieux sociaux confondus, sans aucun excès (mais où sont passés les skinheads, les néo-nazis, les ultra catho. tant stigmatisés par la presse ?) avec le même élan, vouloir retrouver les valeurs de la République Française : la liberté, l’équité, la solidarité.

Je me surprends à applaudir de bon coeur l’entrée de Jean-Marie Le Pen. Quel chemin parcouru pour lui depuis 40 ans et à l’orée de ces nouvelles élections. Quel chemin parcouru pour moi, élevée comme tant de jeunes à condamner un homme avant même de l’avoir écouté, au-delà des ses provocations verbales entièrement condamnables. Dans le pays des droits de l’homme qui brandit à la face de l’Amérique le principe de la présomption d’innocence, je me suis fait mon propre mea culpa. Oui je veux retrouver ma liberté de pensée et je remercie Marine d’avoir permis à tant de français de passer ce cap. Oui, le Front n’a pas changé, ce sont les Français qui ont changé et qui retrouvent leur lucidité. Oui, le temps de ce WE, j’ai assumé entièrement mon statut de « grosse conne » car en fait, dans l’auditoire, je n’étais pas entourée de centaines de « gros cons » mais d’autant de français qui en ont marre qu’on les prennent pour des c…

Alors bien-sûr, comme toute l’assistance, j’ai aimé le discours de Marine Le Pen et au-delà des solutions courageuses et de bon sens qui seront de toute façon critiquées avant même d’être étudiées parce que dîtes par Marine Le Pen et qui seront reprises et encensées par la Droite Populaire, je retiens cette personnalité forte, attachante, bivalente entre une honnêteté de coeur et un courage déterminé. Ces journées m’ont confirmé dans mon choix : j’ai enfin trouvé ma famille politique, celle qui me donne envie de porter avec enthousiasme, fierté et confiance les couleurs de la France.

Allez, promis, la prochaine fois, j’apprends la Marseillaise par coeur … «