Michel Terrot, candidat sur la 12ème ?

Bien qu’investi par la commission nationale d’investiture de l’UMP, le député sortant Michel Terrot n’a pas officiellement fait connaître sa volonté de briguer un nouveau mandat. Il briguerait alors son 7ème mandat après 25 ans de mandat consécutif. Ira, ira pas ? Il semblerait réserver sa décision jusqu’au 26 janvier, date de la présentation de ses voeux à la population.

Tout le monde s’accorde pourtant à dire que le suspens n’est pas à son comble. La question à se poser serait plutôt : pourquoi ne se représenterait-il pas ?

  • Parce qu’il est proche de l’âge légal de départ à la retraite et doit, selon les recommandations nationales, laisser sa place aux jeunes ?
  • Parce qu’il « campe » à l’Assemblé Nationale et tourne sur sa circonscription depuis 25 ans et qu’il faut faire place à de nouvelles têtes ?  La démocratie est fondée sur la nécessité d’une alternance au pouvoir. Sinon, on parle d’oligarchie. C’est ainsi que le Président de la République ne peut pas cumuler plus de deux mandats. Pourquoi les députés pourraient en faire alors sept consécutifs ?
  • Parce qu’il est, en qualité de député, le gardien de nos lois et doit les appliquer en premier lieu pour montrer l’exemple, ne doit-il pas, en qualité de plus ancien député de la circonscription, se retirer pour faire place à des femmes candidates dans le cadre de l’application de la loi sur la parité en politique ?

Le proche avenir nous le dira …

Sur le même sujet

13 janvier 2012  Les investitures UMP du Rhône

Les investitures UMP du Rhône

La commission nationale d’investiture de l’UMP s’est réunie le 11 janvier dernier dans le plus grand silence avec, pour mot d’ordre : « silence radio, pas de communication ».

Et pour cause !!! Il n’y a pas de quoi être fier.

Douze circonscriptions sur quatorze ont été investies avec la reconduction des 8 députés sortants (Michel Havard, Philippe Cochet, Patrice Verchère, Bernard Perrut, Christophe Guilloteau, Georges Fenech, Michel Terrot et Philippe Meunier) et l’arrivée de 4 nouveaux candidats : Emmanuel Hammelin, Yann Compan, Christophe Girard et Emmanuelle Haziza. Les 3ème et 4ème circonscriptions restent quant à elles en attente suite à la volonté de Dominique Perben de ne pas se représenter.

Vous aurez bien noté : 12 candidats : 11 hommes, 1 femme !

Or, une loi du 6 juin 2000 impose aux partis politiques, sous peine de sanctions financières, de présenter un nombre égal de candidats hommes et femmes aux élections, qu’il s’agisse de scrutins de liste ou de scrutins uninominaux.  Au-delà du débat sur l’opportunité de la parité en politique, le contexte international incite plus que jamais la France à montrer l’exemple.

Or, déjà aux élections législatives de 2007, l’UMP n’avait présenté que 26% de femmes et avait donc perdu 20 millions d’euros sur les financements de campagne. Qu’importe, l’UMP a des sous, beaucoup de sous et peut s’assoir sur d’éventuelles sanctions financières. Mais peut-elle s’assoir sur la loi ? M. Terrot, en qualité de député ayant participé au vote de cette loi en 2000 devrait être le premier, après 25 ans de mandat, à montrer l’exemple en se retirant pour permettre l’application de la loi.

Enfin, ces Messieurs UMP ont la prétention d’affirmer que leur candidature est uniquement motivée par la volonté de sauver les circonscriptions et permettre d’assurer des sièges UMP à l’assemblée. Seraient-ils suffisamment imbus de leur personne et méprisants de la gente féminine pour penser qu’une candidature féminine est vouée à l’échec ? L’UMP fait ici preuve d’un conservatisme sexiste peu digne de nos valeurs républicaines. D’ailleurs, nous apprenons ce jour que la liste établie avant-hier pourrait encore évoluer car il manque des femmes ! Ils ne s’en étaient sans doute pas rendus compte par eux-mêmes et ont attendu qu’on leur dise.

J’avoue, dans ces circonstances, être encore plus fière de représenter les flammes du Front National, un parti composé soi-disant de dinosaures aux idées réactionnaires et rétrogrades. La réalité est tout autre et je m’en porte témoin. Le Front National respectera pour ces élections législatives la parité politique et offrira à chacun de ses candidats, quelque soit son sexe, les mêmes chances de réussite dans un esprit de respect et d’entraide.

Parce que le Front national n’oublie pas la richesse de la littérature française et aime à citer ses plus grands auteurs : « L’admission des femmes à l’égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation, elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain, et ses probabilités de bonheur »  Stendhal – 1817

Cyril Kretzschmar, candidat EEVL sur la 12ème

Proche de la cinquantaine et franchevillois depuis 12 ans, consultant de métier, Cyril Kretzschmar est spécialiste des politiques de lutte contre les discriminations, de lutte contre l’exclusion et la pauvreté, et de développement de l’emploi et de l’économie sociale.

Adjoint au Maire de Francheville, en charge du développement économique, Cyril Kretzschmar est également conseiller régional depuis mars 2010 et est aujourd’hui en charge de la délégation « nouvelle économie, nouveaux emplois, artisanat et économie sociale et solidaire ».

Muriel Coativy, candidate Front national de la 12ème circonscription

Retrouvez dans la rubrique « Revue de Presse » l’annonce de ma candidature dans l’édition du Progrès du 3 janvier 2012