Le voile intégral s'invite à La Mulatière

Il y a quelques semaines de cela, un journaliste échangeant avec moi s’étonnait de l’ampleur du débat du voile en France, lui-même ne voyant pas plus d’une femme voilée  par semaine (on ne parlait même pas du niqab) alors qu’il habite Villeurbanne. Je me suis immédiatement dit qu’il devait vraiment travailler beaucoup, commencer très tôt et finir très tard et ne jamais quitter son bureau.

Personnellement, mère de famille, je traverse le centre de La Mulatière plusieurs fois par jour, aux heures d’entrée et de sortie des classes et je suis frappée de constater l’évolution des tenues vestimentaires au fur et à mesure des mois et des rentrées scolaires. Les voiles sont de plus en plus nombreux, de plus en plus longs, de plus en plus sombres. C’est vrai qu’on ne les voit pas beaucoup car la plupart du temps ces mamans font juste un bref aller-retour de l’école à leur domicile même si elles accompagnent parfois, voilées, les enfants aux sorties de classe. Le voile se fond dans le paysage culturel français et, au nom de la tolérance, on ferme les yeux.

Fille de la République française, élevée à l’école de la République, sous le fronton Egalité, Liberté, Fraternité, je ne me résoudrai jamais à fermer les yeux devant cet excès de tolérance de la part de la bien pensante française qui est en fait une véritable fuite en avant, un révélateur de lâcheté envers toute une génération de jeunes filles pour la plupart françaises, soumises au diktat d’un fondamentalisme religieux. Quant bien même neuf femmes sur dix porteraient le voile volontairement, je me battrai pour la dixième qui le porte par obligation, sous la contrainte de violence ou pression familiale, culturelle ou religieuse. Parce que l’excès de tolérance engendre toujours l’abus, les voiles et les vêtements dans leur ensemble sont de plus en plus longs et de plus en plus sombres et je ne parle pas de tout ce que ce lot de tissus portent comme symbolique au final.

Aussi, quelle ne fut pas ma surprise de croiser hier en plein coeur de la Mulatière une femme entièrement voilée, tout son corps et ses yeux complètement dissimulés sous un voile noir, tentant tant bien que mal de rentrer chez elle. L’eut-elle choisi, elle choisit aussi délibérément de se placer hors la loi. Mais qu’importe ! Selon un article du Figaro le 11 avril 2012, depuis l’entrée en vigueur de la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public il y a un an, 299 femmes ont été verbalisées (sur un total d’environ 2000 femmes qui porteraient le voile intégral en France) et seulement 6 amendes ont été réclamées par la justice (on n’en connait pas le montant et on ne sait pas à ce jour si elles ont été versées)  et aucun stage de citoyenneté n’a été imposé. Alors continuons à fermer les yeux !

Continuons à fermer les yeux sur cette enfant qui n’a pas plus de 10 ans, qui vit à quelques dizaines de mètres de cette femme portant le niqab et qui sort déjà dans la rue elle-même complètement voilée aussi, seuls le rond du visage et sa petite taille pouvant révéler l’absurdité de la situation. Continuons à fermer les yeux sur ces centaines, ces milliers de femmes endoctrinées ou séquestrées qui ne sortent jamais de chez elles pour ne pas être « exposées au monde occidental impur ».

Continuez à fermer les yeux, voilez-vous la face … mais ne prétendez pas appartenir à un monde humaniste !

Sur le même sujet  

8 juillet 2012  Le voile s’invite aux JO de Londres

28 juin 2012  Le niqab s’invite au commissariat d’Oullins

1 mars 2012  M. Mélenchon, grand défenseur de la cause féminine

16 décembre 2011  Une vague de voiles … en attendant la vague Bleu Marine