Les déplacements coûteux et sans effet des Roms à Lyon

Une soixantaine de Roms ont été expulsés dans le calme, Place Carnot, ce matin (certains invoquent  la venue de Manuel Valls demain sur Lyon). Ils campaient sur les lieux depuis deux mois suite aux nièmes délogements dans différents quartiers de l’agglomération durant l’été. Vingt-quatre ont été relogés pour la nuit, douze ont acceptés l’aide humanitaire (de 600 à 2000 € par famille selon la nationalité), les autres s’étant à nouveau dispersés dans la ville.

Cette évacuation sans apporter de réelles solutions au problème ne préjuge rien de bon pour l’avenir et remet au coeur de l’actualité le:

Communiqué de Presse de Christophe Boudot, Secrétaire départemental du Front national du Rhône, du 24 août dernier.

Roms : le double discours de Gérard Collomb et de ses amis socialistes doit cesser !

La question des Roms à Lyon et sur l’ensemble de notre territoire révèle l’impasse dans laquelle les socialistes et Gérard Collomb sont tombés en matière d’immigration.

Après les aides au retour coûteuses et sans effet de Nicolas Sarkozy, prisonnier de son idéologie et de ses promesses électorales, c’est maintenant au tour de la gauche d’être confronté au phénomène et de vouloir le régler en imposant à son peuple l’intégration de populations illégales.

Les socialistes ont ainsi décidé de faciliter l’accès au marché du travail, à la scolarisation des enfants, aux logements sociaux de ces populations déracinées et illégales alors que la France n’a plus rien à offrir, elle n’est plus un pays riche, elle ne survit qu’en creusant sa dette, elle compte plus de 8 millions de personnes en grande précarité et près de 5 millions de chômeurs !

Que Gérard Collomb ordonne une ou deux expulsions de squats à Vaise ou à Mermoz pendant l’été n’y changera rien, il n’aura trompé que les naïfs et les gogos. Dans cette opération médiatique, Gérard Collomb ne cherche qu’à protéger sa propre responsabilité de maire de Lyon (qui serait engagée en cas d’incendie ou d’accident grave) et, dans le même temps, il met toute son énergie à favoriser les mesures en faveur de l’accueil publique de ces populations toujours plus nombreuses.

Le Front National rappelle que l’on ne peut tenir deux discours dans ce dossier, le seul possible est celui de la fermeté la plus totale et la plus humaine possible , il exige des pouvoirs publics de prendre des décisions rapides :

D’abord l’expulsion de tous les roms présents illégalement sur notre territoire et l‘arrêt de toutes les aides publiques mise à disposition de ces populations et des associations qui les encouragent.

Ensuite, de faire pression sur les gouvernements par des négociations directes avec la Bulgarie et la Roumanie pour que ces Etats prennent la juste mesure du problème des Roms et qu’ils parviennent à fixer ces populations sur leur propre territoire.

Enfin le rôle de l’UE n’est pas d’ordonner à la France d’intégrer ces populations étrangères mais bien d’aider les pays d’origine à conserver leur propre population chez eux !

 Depuis l’accès au pouvoir des socialistes, on assiste à un afflux de population illégale dans notre région, à une hausse visible de la délinquance en centre ville et dans les quartiers. On assiste également à une montée radicale des revendications des minorités. De toutes sortes. Toutes ces populations sont désormais communautarisées et se sentent encouragées par les associations et les nouveaux responsables politiques : c’est la préférence étrangère tant annoncée qui se met en place, à la faveur de l’été et sous les yeux du peuple français.

A lire sur le même sujet :  Les médias lyonnais désinforment sur les expulsions de Roms  Novopress Info  05/09/2012