La motion de la "droite forte"

Le mail tombe savamment dans les boîtes personnelles d’anciens militants ou sympathisants déçus … un gros travail de communication mais pour quel résultat ? Qui comptent-ils duper encore ?

A seulement six mois de la défaite cuisante de Nicolas Sarkozy, ils prônent le sarkozysme parce que  « la véritable valeur ajoutée du sarkozysme, c’est d’avoir réconcilié la droite avec le peuple ». Six mois ! Comme disait Marion Maréchal Le Pen à La Baule ce week-end, le propre des politiques est vraiment de prendre les français pour des ONPVPDC *. C’était déjà le propre du Général de Gaulle en son temps lorsqu’il déclarait que « les français sont des veaux ».

* ONPVPDC : on nous prend vraiment pour des cons

La droite forte propose l’abrogation de l’AME et la suppression à vie des allocations pour tout fraudeur récidiviste. Cette même droite forte qui a « le sarkozyme pour fondation » et qui n’a même pas été capable de contenir durant ses cinq années de mandat les dépenses exponentielles de l’AME ni de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire. Seulement six mois après que les électeurs aient exprimé massivement leur colère ! Soit Messieurs Peltier et Didier n’ont pas peur du ridicule, soit ils prennent vraiment les français, du moins ceux qu’ils veulent convaincre, pour des ONPVPDC. Je n’ose pas imaginer pour les autres !

La droite forte s’engage à « réduire notre dette qui prive notre peuple de sa souveraineté et donc la maîtrise de son destin » mais s’apprête à signer le Traité Budgétaire Européen (« Nous, à l’UMP, nous voterons le traité sans états d’âme », répète son secrétaire général Jean-François Copé) et soutient Nicolas Sarkozy qui nous a imposé le traité de Lisbonne malgré le NON du référendum de 2005. Si c’est là leur souhait « d’offrir à la majorité silencieuse une perspective d’espérance » !?! A moins que, définitivement, ils ne prennent la majorité silencieuse pour des ONPVPDC. Enfin, me voilà rassurée, je n’ai pas encore reçu ce courrier …

La droite forte ose rappeler les moments vibrants de Villepinte, de la Concorde et du trocadéro, ces rassemblements aux coûts pharaoniques. Pour rappel, un Lyon-Paris en TGV coûtait 10 € A/R pour quiconque voulait s’inscrire. Combien de jeunes se sont alors offerts une journée shopping gratuite à Paris. Son seul souci, se débarrasser des 6 drapeaux français fournis avec le billet de train. Sûr qu’à ce prix, les rassemblements pouvaient ressembler à « des marées humaines de drapeaux tricolores ». On m’a toujours dit que tout s’achète. Oui, d’une certaine façon mais ce rassemblement n’est pas le mien. Moi, ce week-end, à la Baule, je peux vous assurer que tous les militants qui étaient là avaient cassé leur tirelire pour participer à ce rassemblement et que, si le coût avait été moins élevé, ils auraient été le double, le triple, le quadruple. Mais n’avez-vous jamais écouté une Marseillaise chantée par des patriotes non achetés à coût de billets de train offerts ? Elle raisonne du son de la liberté et cette liberté, elle, ne s’achète pas !