Quel urbanisme sur notre commune demain ?

stefoyurbanismeLe conseil municipal du 20 novembre 2014 a voté la hausse du seuil de mixité sociale en le faisant passer de 25 à 30 % afin de rattraper le retard du taux de logements sociaux sur la commune qui est actuellement de 12,27 % et qui devrait, selon la loi, être de 25 % en 2025. A défaut, il conviendra de continuer à payer le prélèvement SRU (+ 200.000 € en 2013).

Ce qui transparaît dans ce rapport, c’est qu’au-delà de modifier légèrement le seuil de mixité sociale et de renforcer le type de logement aidé, la volonté est, et c’est une nouveauté sur notre commune, de se soumettre aux exigences de la « Loi Duflot 1 » (pour ne pas citer les diktats de la future Métropole) et de se soustraire ainsi aux sanctions financières que nous avons provisionnées et payées jusqu’à ce jour.

A partir de là, pour moi, la municipalité peut s’accorder deux orientations possibles :

  1. La Municipalité fait le choix de se conformer aux exigences de la Loi Duflot 1 et aux pressions d’urbanisation à outrance de la Métropole et décide donc de construire d’ici à 2025 le maximum de logements sociaux manquants.

Pour compenser les logements manquants, 1215 logements sociaux à 2025, si on respecte les seuils de mixité sociale de 30 %, il faudrait construire 4050 logements. Pour rappel, en 40 ans, de 68 à 2008, on a doublé notre parc immobilier passant de 4.800 logements à 9.600. En moins de 20 ans, il faudrait le faire passer de 9.600 à 14.000 … une augmentation exponentielle sur un secteur déjà un des plus denses du Grand Lyon avec une raréfaction du foncier. Où va t’on construire ces 4050 logements ? Chantegrillet, Plan du Loup, Beaunant ??? La municipalité va t’elle se défaire d’une grande partie de son patrimoine immobilier ? Quid de l’école Chantegrillet notamment ? Quelles infrastructures routières ? Les fidésiens seront-ils consultés ?

Certes, cette perspective d’urbanisation peut être alléchante pour la commune. Elle qui ne vit principalement que grâce aux recettes fiscales liées aux taxes d’habitation et taxes foncières. Donc le calcul est simple, plus il y a d’habitants, plus il y a de recettes. Mais si on cède notre patrimoine immobilier notamment à travers nos écoles (Beaunant hier, Chantegrillet demain) quand il faudra recréer des classes pour les nouveaux arrivants, on fera comment ? Le foncier peut se mettre à la disposition de toujours plus d’habitations mais les infrastructures de services doivent suivre et être pensées bien en amont.

Sur ce domaine, la municipalité se prépare à un bras de fer continue avec les riverains qui défendront avec justesse leur cadre de vie et leur patrimoine immobilier qui font tous deux aujourd’hui la richesse de notre commune et qui risqueraient ainsi d’être condamnés demain. La valeur immobilière des biens, en période de crise de surcroît, va indéniablement chuter et le maintien élevé de la pression fiscale de la commune sur les fidésiens ne pourra plus se justifier longtemps. Alors, certes, on va avoir plus d’habitants donc plus d’entrées en nombre mais les recettes seront moins élevées que les charges.

  1. La Municipalité fait le choix de préserver son havre de paix en préservant son patrimoine paysager et patrimonial, en maîtrisant ainsi la construction des logements neufs à venir et en continuant du coup à provisionner l’amende fiscale en découlant.

Cela présenterait deux avantages :

L’urbanisation doit être maîtrisée. La commune ne peut pas raisonnablement construire 4050 logements neufs d’ici à 2025 (400 logements par an … cela représenterait combien de programmes immobiliers ?). M. Desseigne à Tassin a été remercié aux dernières municipales pour moins que cela.

On maîtriserait la proposition de logements sociaux dans les mêmes proportions en réservant prioritairement leur attribution aux fidésiens répondant aux critères d’éligibilité.

 En conclusion, Sainte Foy Bleu Marine reste conforme à la position défendue dans son programme. Il faut préserver Sainte Foy lès Lyon de toute urbanisation à outrance et ne pas se servir, bien au contraire, des exigences de la loi Duflot 1 pour justifier celle-ci. Faisons bien nos calculs. Nous aurons bien moins à perdre à provisionner l’amende exigée par l’Etat (loi et amende qui risquent d’être revues d’ailleurs dans les années à venir en cas de changement de gouvernement) qu’à défigurer notre patrimoine sans aucune possibilité de retour. Et avec des perspectives de coûts non négligeables. Sainte Foy Bleu Marine a donc voter contre ce rapport, la municipalité se refusant de fixer des quotas maximums annuels  de logements neufs à ne pas dépasser.