Tribune libre Muriel COATIVY – Mosaïque janvier 2015 – Lorsque la municipalité cède au communautarisme religieux

janv15

Petit exemple de la gabegie de la Métropole …

MCCommuniqué de presse de Muriel COATIVY, conseillère municipale Sainte Foy Bleu Marine

Lors du conseil municipal du 5 février 2015, la municipalité de Sainte-Foy-lès-Lyon a mis au vote une subvention de 16.500 € pour couvrir l’intervention de cinq associations auprès de quelques écoles de la commune pour les sensibiliser et les éduquer aux richesses naturelles de l’Yzeron aval dans le cadre du Projet Nature. Cette subvention est proposée par et à la charge de la Métropole. Notre conseiller communautaire a avoué lui-même que cette initiative auprès des écoles n’a pas reçu un franc succès mais que la Métropole invitait les communes à insister pour que l’initiative prenne dans le temps.

Donc d’une part la dépense publique est somptuaire (la sensibilisation et l’éducation des enfants au respect et à la protection de l’environnement et de la biodiversité sont déjà largement couvertes par le programme de l’éducation nationale) mais cette dépense publique est en plus forcée, la métropole incitant les communes à l’utiliser plus largement.

Eh bien, malgré cela, je fus la seule élue sur les 35 conseillers municipaux à voter contre ce rapport, par décence pour les contribuables de la Métropole à qui on a déjà annoncé une hausse de 5 % de leurs impôts. Le système UMPS et ses partis satellitaires continuent de considérer qu’une dépense publique de 20.000 €, ce n’est rien et, utile ou non, elle revêt nécessairement un caractère social. Alors aux contribuables d’être heureux de se transformer en vaches à lait. Et nos élus UMP/UDI ne sont pas à une contradiction près. Ils se vantent d’avoir voté en Métropole contre la hausse des 5 % de impôts mais font voter en mairie des subventions dont les établissements ne sont même pas demandeurs. Et qui va payer ? Honte à nos élus qui doivent gérer l’argent public en bon père de famille !

Parlons valeurs républicaines…

georgesLPar Georges LABOUCHE, ancien conseiller municipal de Ste-Foy-lès-Lyon

Face au premier danger qui menacerait notre démocratie et qui ne cesse de s’amplifier à chaque élection, les ténors du bipartisme opposent leurs valeurs républicaines. Quelles sont-elles ces valeurs, sans cesse proclamées par des élus qui les bafouent ? Serait-ce la défense de notre identité, sournoisement défigurée par un mondialisme libertaire, animée par une Europe sans visage et sans Foi ? Est-ce le rappel de nos racines chrétiennes et de son patrimoine quotidiennement profané dans le plus profond silence médiatique et sans aucune protection policière systématiquement accordée à d’autres ? ou, encore, une nouvelle laïcité religion d’Etat, bientôt enseignée à l’école par mille «formateurs» soumis aux directives d’un ministère qui selon Mr Peillon «ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique». Quant aux cours de Moral programmés, rappelleront-ils aux élèves la sagesse des Valeurs éternelles liées à l’ordre naturel respectant l’enfant « in utero », l’institution familiale fondée sur le mariage, le respect et l’amour de la France si riche de son histoire ? Ces valeurs là, heureusement, appartiennent encore à une France profonde qui, méprisée à chaque consultation électorale, ne partage pas celles prônées par une oligarchie à la dérive.

M. Terrot s'inquiète des entorses à la laïcité et des demandes communautaristes dans les hôpitaux

Lors de la présentation de ses voeux aux habitants de la XIIème circonsription du Rhône, Monsieur Terrot s’est inquiété des menaces de plus en plus réelles de certains hommes auprès du corps médical concernant les patientes femmes qui ne devraient être observées et soignées que par des médecins de même sexe. Là encore, comme si le problème était apparu le 7 mai 2012 au matin.

Il faut savoir à ce jour que dans les maternités et autres services, les patientes sont amenées à signer un document de décharge de ce type :

dechargePetit rappel à Monsieur Terrot et à tous ces députés UMP qui aiment à avoir la mémoire courte :

Pour préparer les élections présidentielles de 2007 et être l’instigateur de « l’Islam de France », Nicolas Sarkozy a été prêt à toutes les compromissions et à toutes les promesses. 

Créateur du CFCM*, officiellement créé en 2003 en sa qualité de ministre de l’Intérieur, il l’a ensuite soutenu en qualité de Président de la République. Il a alors insisté pour que l’UOIF* intègre le CFCM.

Or il faut savoir que l’UOIF est proche des Frères Musulmans eux-mêmes déclarés « organisation terroriste » en Egypte et interdits à ce titre … mais autorisés en France.

Il a joué avec le feu en dragouillant les représentants de l’UOIF, un mouvement qu’il ne dit alors plus « fondamentaliste » ou « intégriste » mais représentant un « islam épicé » ou encore ‘ »orthodoxe » alors qu’il n’existe nulle orthodoxie en Islam. M.Sarkozy leur a déroulé le tapis rouge en essayant de les manipuler à des fins électoralistes. Ceux-ci ne se sont pas laissés berner et ont vite décidé de profiter à leur façon de cette belle entité « Islam de France » qui leur offre une nouvelle tribune pour propager une idéologie plus politique que cultuelle.

L’ensemble de la classe politique UMP a voulu courtiser l’islamisme ; à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler. Aujourd’hui, nous ne faisons qu’en subir les cuisantes conséquences et Monsieur Terrot, cela relève à mon avis de la malhonnêteté politique que d’en accuser le PS.

1. Nicolas Sarkozy, La République, les religions, l’espérance, Paris, Les éditions du Cerf*2004
2. Joachim Véliocas, Ces Maires qui courtisent l’Islamisme, Tatamis, 2010
3. V. Ratignier et P. Péan Une France sous influence ou quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu, Fayard, 2014
* CFCM : Conseil français du culte musulman
* UOIF : Union des organisations islamiques de France