Y a-t-il encore un élu qui sache préserver les finances publiques ?

MurielCPar Muriel COATIVY,

élue Sainte Foy Bleu Marine et élue régionale Auvergne Rhône-Alpes

Ce week-end, le Progrès consacrait un long article sur le vote, le 25 mai dernier en conseil municipal à Sainte-Foy-lès-Lyon, d’un projet Nature finançant trois associations naturalistes pour 8 animations sur la commune de juin à octobre 2016.

La photo illustrant l’article légende « Geneviève, Fanny et Régine aiment préserver la diversité ». Sûr … moi-aussi ! Mais l’article se garde bien de mentionner que ce beau projet de « balades d’initiation aux inventaires participatifs » autour des abeilles, des papillons, des écureuils et des oiseaux coûte la modique somme rien que pour Ste-Foy-lès-Lyon de 10.000 € financés par les contribuables de la Métropole.

Lors du dernier conseil municipal, j’ai argué à ce beau projet présenté comme bucolique  par les 34 autres élus qu’à mon avis, la découverte du milieu naturel ne nécessitait pas l’engagement de tels fonds publics surtout pour trois associations soi disant d’utilité publique mais qui vivent à plus de 90 % de fonds publics et bénéficient de réserves et fonds propres conséquents.

FRAPNA Rhône – comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2014

LOP Rhône – comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2014

Arthropologia – comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2014
Cotisations 527 € – subventions 302.778 € !!!

Ces associations ce sont ni plus ni moins que des pompes à finances publiques qui créent certes quelques emplois mais si peu utiles pour la collectivité. Laurent WAUQUIEZ a envoyé un signal timide à la région en décidant de diminuer la participation de la région aux associations FRAPNA et LPO notamment sur les actions prévues en 2016. Il conviendrait que nos élus locaux, qui partagent pourtant les mêmes idées politiques, s’alignent sur le bon sens et non sur des intérêts électoralistes.

A 1.250 € l’animation de 3 h environ, soit 416 € l’heure, j’invite tous les demandeurs d’emploi à se recycler dans l’apprentissage « de l’identification des papillons et indices de présence d’écureuils ». Un secteur porteur …

11.06.16

Le scandale des subventions aux associations écolos

Par Muriel COATIVY, conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes, membre de la commission Environnement, développement durable et énergie.

A presque 100 jours de mon investiture à la commission environnement, développement durable et énergie de la région Auvergne Rhône-Alpes, mon attention a été nécessairement attirée par l’édito du dernier numéro du magazine « Le chasseur de sanglier » de mars 2016.

sangliersanglier2

En effet, durant ces nombreuses dernières années sous un conseil régional Rhône-Alpes à majorité PS-EELV, les attributions de subventions aux Associations de Protection de la Nature, qui se partagent le gâteau en petit comité, donnent le vertige. Sans compter que ces associations perçoivent en outre des subventions de l’Etat, des conseils généraux, de certaines communes ainsi que des aides de l’Union Européenne.

Concrètement, à qui ont servi ces subventions ? On ne le saura jamais. Devant le dédale d’organismes bénéficiaires, les associations, les structures attenantes, les comités de pilotage, les réseaux d’acteurs, les agences locales et régionales, etc … difficile de dire qui fait quoi et qui perçoit combien. Nombre de subventions sont d’ailleurs hors compétence de la région. Mais, devant la récurrence de versement de ces subventions d’une année sur l’autre, l’habitude est prise et à la simple idée de baisser les subventions est brandie la menace de licencier de nombreux salariés ou la culpabilité de porter atteinte à notre chère planète.

Bien-sûr, certains rétorqueront que cela ne représente qu’une faible part du budget du conseil Régional Auvergne Rhône-Alpes. Mais est-ce une raison pour gaspiller l’argent des contribuables ?

Une nouvelle mandature vient de s’ouvrir. A noter le souhait de l’éditorialiste : « Il n’y a qu’à espérer que la nouvelle majorité régionale, débarrassée des trublions de l’écologie politique, la [FRAPNA] laissera couler corps et biens ».

Les élus FN de la région Auvergne Rhône-Alpes seront les premiers à dénoncer tout abus en ce domaine. sanglier3

Récapitulatif des subventions 2015 pour les associations de Protection de la Nature

 

Oullins. « On ne fait rien pour stopper une fuite d’hydrocarbure dans l’Yzeron »

Urbanisme. Les travaux, de protection contre les crues et de restauration environnementale de l’Yzeron à Oullins, ont débuté en mars 2014. Ils s’achèveront d’ici la fin de l’année et suscitent déjà des critiques.

Par Damien Lepetitgaland    LE PROGRES – édition du 22 juillet 2015

22.07.15

Robert Petit pose devant l’aménagement des berges de l’Yzeron où des résidus d’hydrocarbure font régulièrement surface dans le lit de la rivière. Photo Damien Lepetitgaland

Robert Petit, un riverain de l’Yzeron, qui ne perd par une miette des travaux de l’Yzeron, regrette le manque de prise en compte environnementale du projet. Le retraité domicilié tout près, côté Sainte-Foy-lès-Lyon, constate tous les jours des traces d’hydrocarbure dans le lit de la rivière au niveau de la station d’essence d’Intermarché.

De l’autre côté du cours d’eau, il s’étonne également que les tuyaux d’évacuation des eaux usées du lotissement Les Célestins finissent dans la rivière. Le retraité ne décolère pas : « On nous a vendu un magnifique projet avec des travaux pharaoniques d’un montant de sept millions d’euros. On doit pouvoir se balader le long des berges, pêcher dans une rivière propre et empoissonnée. Face à cela, on ne fait rien pour stopper une fuite d’hydrocarbure parfaitement identifiable et on accepte les rejets d’une quinzaine de maisons sans aménagement du tout à l’égout. C’est incompréhensible ».

L’homme ajoute que derrière le tape-à l’œil des jolis aménagements mis en place du pont d’Oullins au pont Blanc, l’efficacité de l’aménagement reste à prouver. « À la première crue importante les galets disposés dans le lit vont dégager. L’élargissement dans cette portion de la rivière n’est pas important », explique le riverain sceptique.

Un avis que ne partage absolument pas Stéphane Guérin, directeur du Syndicat intercommunal en charge de la Gestion et des Aménagements des cours d’eau du bassin-versant de l’Yzeron (Sagyrc). « L’objectif principal de l’aménagement est de lutter contre les inondations. Il sera atteint. Suivant une logique d’aval en amont, le chantier est plus avancé sur le secteur aval, entre le pont Blanc et le pont d’Oullins. Nous avons eu recours à des solutions écologiques de protection des berges pour résister aux crues tout en offrant un lit entièrement restauré au cours d’eau, qui sera ainsi beaucoup plus accueillant pour la faune et la flore qu’auparavant. Les berges de l’Yzeron vont offrir un nouveau visage aux Oullinois », souligne Stéphane Guérin.

Le directeur confie que le secteur des Célestins situé entre les habitations et la RD50, est plus contraint : « Nous avions connaissance de la présence de résidus d’hydrocarbure émanant d’une fuite d’une cuve de la station essence d’Intermarché en 2007. En creusant pour renforcer les berges, nous avons dépollué le lit de l’Yzeron et nous avons mis en place une barrière hydrolique. Ce n’est pas à 100 % étanche, il y a encore des résidus d’hydrocarbure qui peuvent passer. On a fait tout ce que l’on pouvait même au-delà, c’est à Intermarché et son prestataire d’agir. Il n’y a pas de risque létal. Des analyses montrent que la dilution dans l’eau est importante », minore le directeur du Sagyrc qui précise que les travaux ont bien amélioré la situation. En ce qui concerne les eaux usées domestiques qui arrivent dans l’Yzeron, le directeur ne peut que constater la situation. « C’est regrettable, le problème est identifié. La situation devrait évoluer prochainement. Un raccordement au tout à l’égout est en cours de réflexion avec les services de la mairie. Cela ne représente qu’une quinzaine de maisons », précise Stéphane Guérin.

Coup de coeur de la semaine … les animaux ne sont plus des "meubles" mais restent des "biens corporels"

CNAAUn amendement signé courant novembre 2014 par l’Assemblée Nationale vise à harmoniser le Code civil avec les Codes rural et pénal.

Jusqu’à ce jour, depuis Napoléon et la création du Code civil, les animaux étaient considérés comme de simples meubles. Mais ces meubles étaient protégés par le Code pénal qui lui, reconnaît les animaux comme des êtres capables de souffrance. Il convenait donc ni de les battre ni de les abandonner, sous peine de prison.

L’amendement vise donc à modifier le Code civil afin de donner aux bêtes la qualité «d’êtres vivants doués de sensibilité». Mais il reste purement symbolique. En effet, le texte précise que ces êtres vivants restent soumis au «régime juridique des biens corporels».

Alors simple évolution juridique ?  Première étape d’un mouvement en marche pour la protection des animaux ? Aura-t-il des conséquences pratiques sur la protection animale ?

Les associations protectrices de la cause animale sauront restées vigilantes. A ce titre, une nouvelle association vient de trouver le jour : LE CERCLE NATIONAL DES AMIS DES ANIMAUX. Les élus Front national du Rhône, très sensibles à la cause animale, y ont largement répondu présents.  Christophe BOUDOT et Bruno GOLLNISCH en sont les membres d’honneur. Marine LE PEN, Présidente d’honneur a quant à elle accepté d’être Marraine de l’association. Je ne manquerai pas d’être moi-même adhérente dès que les adhésions seront ouvertes. Nous vous tiendrons informés.

Et si Baby et Népal relançaient le débat sur l’euthanasie ?

arbremortLe Conseil d’Etat a été officiellement appelé ce jour à suspendre l’arrêté d’abattage des éléphantes Baby et Népal, soupçonnées d’être atteintes de tuberculose. Les Sages ont mis leur décision en délibéré.

Le rapporteur public a en effet estimé « qu’il pesait un soupçon d’illégalité » sur l’arrêté d’euthanasie des deux pachydermes pris en décembre 2011 par le préfet du Rhône, compte tenu de la « disproportion » de cette décision prise sans rechercher des « mesures moins radicales ».

Sans l’intervention des associations de défense, de l’opinion publique et de nombreuses personnalités, qui se mobilisent sans relâche depuis décembre, Baby et Népal seraient déjà mortes, sur décision du préfet et du maire de Lyon.

Au-delà d’une issue que l’on espère heureuse, cette « affaire » ne fait que préfigurer  tous les maux que nous réservent la réforme prochaine sur les soins palliatifs promis par François Hollande.

En France, La peine de mort a été abolie pour les criminels en 1981 … elle pourrait bien être rétablie pour les innocents en 2013 !