La Saulaie à Oullins : un quartier calme où il fait bon vivre ?

Par Alain GODARD, élu Oullins Bleu Marine

Oullins n’est pas Chicago d’après le Maire François Noël BUFFET et ses amis de gauche. Dixit : il ne faut surtout faire d’amalgame ; le quartier de La Saulaie est un quartier calme et tranquille où tout va bien. Pour se défendre de l’agitation qui règne dans ce quartier, la gauche invoque comme prétexte qu’il s’agit d’un quartier oublié où rien n’a jamais était fait pour le rendre agréable à vivre.

Cependant, il faut bien se rendre à l’évidence. Depuis l’arrivée du métro, la vie s’est dégradée dans le quartier. Certes, la facilité apportée par son arrivée pour un certain nombre d’Oullinois ne doit pas faire oublier qu’il apporte aussi un mouvement de population, extérieure à la commune, plus important et une gare de transit qui apporte son lots de perturbation ; il ne faut pas se voiler la face.

Si Oullins était, par le passé, une ville tranquille et agréable à vivre, depuis quelques années, de part la politique de la ville menée par la majorité actuelle, elle est devenue une ville difficile avec des zones de non droit malgré les propos rassurant de Monsieur le Maire qui ne sait plus trop comment apaiser les esprits d’une population qui en a marre de cet incivisme et des agressions à répétition.

Pour preuve nous rappelons quelques faits qui s’y sont passés depuis 4 mois :

17.10.2016 : un employé municipal est agressé mais arrive à prendre la fuite sans être blessé.

18.10.2016 : un équipage de la police est victime de jets de projectiles

19.10.2016 : des individus escaladent un mur pour détruire la vidéo surveillance

20.21.10.2016 :dans la nuit, des individus décrochent dans une école le drapeau français pour le remplacer par le drapeau algérien. Les murs sont tagués et l’on peut lire : « Ici pas de flic et pour les autres, on est prié de la fermer ».

23.24.10.2016 : des coffrets électriques sont dégradés et les employés de la société qui opèrent au changement de ces coffrets sont pris à partie et insultés.

Dans le même mois la gendarmerie fait l’objet de jets de cocktails Molotov sans blessé heureusement.

Et enfin, pour couronner le tout, ce 13 février dernier, 300 gendarmes avec hélicoptère et chiens anti-drogue sont envoyés pour une opération drogue toujours dans le quartier de la Saulaie dont on savait déjà depuis longtemps ce qu’il s’y passait.

Mais pour pouvoir continuer à clamer haut et fort que la commune est une ville paisible et agréable à vivre,  l’équipe municipale en place se voile la face sous la houlette de son maire.

Oui Oullins est devenu une ville sans âme et surtout très insécuritaire, n’en déplaise à certains.

Soutien aux policiers du commissariat d'Oullins

entete-fn69

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

Muriel Coativy, Secrétaire Départemental Front national Rhône,  Alain Godard et Jean-Philippe Molins, élus Oullins Bleu Marine apportent leur soutien aux policiers du commissariat d’Oullins face aux nombreuses attaques dont ils font l’objet depuis plusieurs jours.

Une fois n’est pas coutume, nous donnons ici raison à François-Noël Buffet, sénateur-maire d’Oullins, qui affirme en retour de ces agressions et méfaits qu’il n’y a aucune zone de non-droit sur le quartier de la Saulaie. En effet, la réalité est pire encore. Puisque c’est le droit des trafiquants de stupéfiants qui a supplanté celui de la République Française, sur des territoires qu’ils ont récupérés suite à leur abandon, par lâcheté et clientélisme des élus locaux.

Alors la réaction de nier les faits ou de pointer du doigt le journaliste du Progrès auteur de l’article comme attiseur de clivage (qui a toutefois la délicatesse de parler de « post-adolescents » pour deux délinquants de 18 et 22 ans !)  ne peut pas être la solution. Taire ou minimiser les attaques faites à la 1ère de nos libertés, la sécurité publique ne peut que nous amener à la pire des impasses.

Nous aurions aimé que M. Buffet, sénateur-maire d’Oullins, ait le courage politique de dénoncer les instructions de M. Cazeneuve de faire pression sur les fonctionnaires de police en les menaçant de sanctions pour qu’ils rentrent sagement dans les rangs et qu’il ait le courage politique d’apostropher M. Urvoas, Garde des Sceaux, pour faire pression sur les magistrats en les menaçant de sanctions afin qu’ils fassent une application stricte des lois pénales et cessent ce laxisme judiciaire, source de tous nos maux de société.

Alain Godard et Jean-Philippe Molins sont les seuls élus municipaux d’Oullins à s’insurger contre les décisions prises en comparution immédiate contre Mahfoud Y. Ce « post-ado » de 22 ans, condamné à 8 mois de prison ferme et interdiction de territoire oullinois, sans mandat de dépôt, est interpellé le lendemain de sa condamnation à Oullins pour trafic de stupéfiants et, représenté devant le juges des libertés et de la détention, il ressort à nouveau libre avec une convocation pour le mois de décembre ! Un beau message de confiance et d’espoir pour notre police écoeurée, fatiguée, apeurée.

Seule une volonté forte d’agir pour le retour de l’ordre pourra contrevenir à l’ensauvagement de notre nation, volonté que seul le Front National porte sincèrement. En 2017, je vote Marine le Pen !

La société française a besoin d’ordre et d’autorité pour retrouver l’apaisement.

cp

Lyon,  le 20 octobre 2016

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

La société française a besoin d’ordre et d’autorité pour retrouver l’apaisement.

Muriel Coativy, Secrétaire Départemental Front national Rhône et l’ensemble du bureau départemental soutiennent policiers et gendarmes dans leur mobilisation générale à exprimer fatigue, crainte, exaspération et impuissance.

Cette contestation nationale n’est que la suite logique des importants rassemblements de forces de l’ordre qui ont lieu depuis de nombreux mois partout en France dans l’indifférence générale pour réclamer plus de moyens, plus d’effectifs, plus de droits, plus de soutien, moins de laxisme et moins de suspicion. A Lyon, il suffit de rappeler le peu d’intérêt porté par le gouvernement à la manifestation des policiers du 18 mai 2016 devant la préfecture du Rhône, où seul le Front national était venu affirmer son soutien aux forces de l’ordre.

Le Rhône est à l’image des départements les plus touchés par ce phénomène. Le 12 octobre dernier, deux fonctionnaires de police ont tenté d’être lynchés dans le 8ème arrondissement de Lyon. Le drame a été évité de peu ? « Un coup de bol » pour nos dirigeants. Parce qu’à Lyon, les consignes sont claires : pour éviter les émeutes, les forces de l’ordre ont ordre de ne pas faire de zèle. Combien de policiers et de gendarmes vont encore mourir au nom de la paix sociale mais surtout au prix de la lâcheté de nos dirigeants ?

Au regard de nouveaux drames éminents, nous demandons au Préfet du Rhône, Michel Delpuech, de suspendre les arrêtés préfectoraux interdisant de poursuivre un certain nombre d’incivilités (rodéos notamment), de suspendre les sanctions prises à l’encontre de policiers qui bravent les interdictions de poursuivre certaines types de délinquance et de donner les consignes nécessaires pour que les fonctionnaires de police puissent compter sur le soutien moral et politique de leur hiérarchie.

Nous appelons nos compatriotes à nous rejoindre dans notre combat politique. La banlieue lyonnaise a toujours été le terreau national des émeutes urbaines. Seul le Front national a le courage politique de dire et redire :

Pour retrouver l’apaisement, agissons avec ordre et autorité. Pour stopper le laxisme, votons Marine Le Pen.

Les habitants du quartier des Vernes à Givors vivent l’enfer

D’année en année, les étés sont difficiles dans le quartier des Vernes à Givors, mais cet été 2016 marque un nouveau tournant. La peur s’installe dans les foyers. Des individus circulent armés et dégainent leur pistolet à la moindre altercation. D’autres n’hésitent pas à tenir des propos racistes pour s’approprier un territoire. « On vit un enfer presque toutes les nuits ». Le tout accentué largement depuis le 1er juin 2015 avec l’extinction de l’éclairage public.

Au-delà des actes de vandalisme largement entrés dans les moeurs (cocktail molotov sur la façade d’une école, incendie de voitures presque toutes les nuits, caillassage des pompiers dans « un environnement plutôt hostile »), c’est aujourd’hui l’autorité même de l’Etat qui est attaquée. A deux reprises, les attaquants s’en sont pris à la mairie annexe de Givors, Place Général de Gaulle, en y mettant le feu. D’abord dans la nuit du 8 au 9 août puis dans la nuit du 18 au 19 août. Face aux dégâts importants, les locaux ont dû être fermés au public.

Fermeture-exceptionnelle-de-l-antenne-Mairie-des-Vernes_slider

Aujourd’hui, Martial PASSI, maire PCF de Givors lance un appel aux secours à Monsieur le Ministre de l’Intérieur en demandant des renforts de police. Courageuse décision ! Après avoir semé le vent durant plus de 20 ans par une politique de la ville laxiste et clientéliste, Martial Passi ne peut plus faire face à la tempête.

rappeur policierFace à une situation de guérilla urbaine, ce n’est pas des pseudo-mesurettes empreintes au monde des Bisounours qui viendront en aide aux habitants. Les Givordins attendent de leur maire, premier magistrat de la commune, visé personnellement par ces attaques, un courage politique à la hauteur du défi. Rétablissement de l’éclairage public, établissement d’un couvre-feu pour les mineurs, missions précises et volontaristes confiées à la police municipale en lui donnant les moyens matériels d’agir efficacement et en toute sécurité, suppression  des subventions aux associations communautaristes de la ville ne respectant pas l’esprit de la République etc … Les mesures ne manquent pas pour que la peur change de camp et que les braqueurs et racailles de tous poils arrêtent de dire qu’il fait bon vivre ensemble à Givors… cela relève juste d’une volonté politique.

Mais Monsieur Passi est peut-être trop occupé en ce moment par ses soucis personnels, visé par une enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts, faux et usages de faux ?  Le sort des Givordins attendra …

France, aimez-la… ou quittez-la !

sans ombre sous flamme-2COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

Lyon, le 26 juillet 2016

Muriel Coativy, Secrétaire départemental Front National du Rhône et l’ensemble du bureau départemental condamnent avec force le terrible attentat qui a coûté la vie à un prêtre catholique et touché le peuple français dans son âme. Egorger un prêtre de 84 ans célébrant la messe : quelle lâcheté !

A l’Eglise ses prières mais à l’Etat les décisions politiques courageuses qui s’imposent. Nous demandons au préfet du Rhône, Michel Delpuech, de mettre en application ses grandes déclarations d’hier (Cf. article du 23 juillet Le Progrès). M.Delpuech doit d’urgence prendre les mesures nécessaires :

  • cessation de la politique d’accueil et d’accompagnement des « migrants » sur le département
  • neutralisation immédiate des 250 fichés «S» et nouveau recensement
  • fermeture des mosquées salafistes et interdiction totale et définitive des prières de rues (et ce, malgré la complicité des députés rhodaniens Yves Blein, Renaud Gauquelin et Pascale Crozon lors de leur vote du 21 juillet dernier à l’Assemblée nationale).

Au regard de ce terrible drame, nous demandons à Monseigneur Barbarin de revoir son soutien inconditionnel à l’IFCM financé par l’Arabie Saoudite.

Nous appelons nos compatriotes à nous rejoindre dans notre combat politique. Le Rhône, terre de radicalisation musulmane, ne restera pas longtemps à l’abri des attaques terroristes. Le FN est le seul capable d’apporter LA solution :

Pour vaincre l’islamisme radical, stoppons l’immigration !

Pour stopper l’immigration, votons Marine Le Pen !

Pour rappel :

Lyon et ses mosquées salafistes

Mgr Barbarin soutient l’IFCM

Les 7 élus LR ayant voté POUR l’IFCM

Le Progrès Edition du 23.07.16

Moi président, je n’instrumentaliserai jamais des drames à des fins de politique politicienne.

Cas d’école : l’affaire Hervé CORNARA.

Par Muriel COATIVY, élue régionale Auvergne Rhône-Alpes

J’ai reçu ce jour une invitation de M. Le Préfet en qualité d’élue régionale d’Auvergne Rhône-Alpes d’assister à la cérémonie d’hommage à Hervé CORNARA, le 26 juin prochain, un an jour pour jour après son assassinat.

Il aura fallu un an, 365 jours, de multiples demandes réitérées, de fâcheux actes manqués, la colère du fils, l’immense peine de la veuve, pour déployer le grand jeu : acceptation du fait qu’Hervé Cornara a été victime d’un terroriste (on se gardera quand même bien de rajouter « islamiste »), remise à titre posthume des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur, réalisation d’une oeuvre d’art et place de Fontaines-sur-Saône rebaptisée à son nom.

Pour avoir assistée à la marche blanche, je me souviens des nombreuses banderoles déployées « PLUS JAMAIS CELA ». Pourtant depuis, 130 nouvelles victimes en novembre dernier, un couple de policiers avant-hier sans oublier les attentats déjoués (notamment l’attaque d’un Thalys en août 2015) ou « ratés » ne faisant « que » des blessés (janvier 2016 un professeur de confession juive agressé à coups de machette à Marseille, 9 mars voiture bélier contre le commissariat de police de Firminy, hier lycéenne agressée à coup de couteau pour faire un « sacrifice » durant le Ramadan). Et tout ce que l’on ne nous a pas dit !

Qu’a fait le gouvernement depuis un an pour réaliser ses engagements de « plus jamais cela » ? Pourquoi Hervé Cornara n’a t-il pas été reconnu victime du terrorisme islamiste en janvier dernier et décoré à ce titre comme les autres victimes de Paris ? Pourquoi aujourd’hui alors qu’en janvier, le ministère restait silencieux à toute demande ? ==> hommage-a-herve-cornara

Alors, quand le PS communique ce jour suite au meurtre de JB Salvaing et J Schneider en exhortant « l’instrumentalisation des drames à des fins de politique politicienne n’est pas à la hauteur du défi qu’est posé à la France » … je m’interroge. En juin 2015, aucun homme d’Etat sinon le Préfet de région ne s’est rendu auprès de la famille d’Hervé CORNARA. Pendant un an, silence absolu autour d’un meurtre au cours duquel, pour mémoire Monsieur Valls, un cap dans l’horreur avait déjà été franchi.  Et aujourd’hui, M. Bernard CAZENEUVE se déplace en personne et on viendra nous dire qu’il n’y a pas d’instrumentalisation des drames à des fins de politique politicienne ? Je m’interroge est un euphémisme !

Sur le même sujet : Marche-blanche-à-Fontaines-sur-Saône-en-mémoire-d’hervé-Cornara :une-novlangue-d’anthologie.

Préfet001 (2)13438944_1058161040941635_6433471515238421531_n

Tribune libre Muriel COATIVY – avril 2016 – La sécurité des fidésiens ne dépend pas d'un barrage à Francheville !

avril1605.04.1605.04.162Le Progrès – édition du 05 avril 2016

Hommage à Hervé Cornara, Hervé Gourdel et tous les oubliés du terrorisme

Le terrorisme islamiste (et encore faut-il le nommer comme tel) ne frappe pas qu’à Paris. Il frappe en province, à l’étranger. Trop de victimes de “déséquilibrés” ont ainsi été immédiatement oubliées. Il est tellement plus facile d’oublier ses victimes plutôt que de les honorer et de leur rendre justice.

cornara2

cornaraLe progrès – édition du 13 janvier 2015

La France colère, la France pleure, la France saigne.

La France est attaquée. La France colère. La France pleure. La France saigne.

Des victimes très jeunes pour la plupart. La France a été frappée dans ce qui lui est le plus cher : ses enfants.


Nous adressons toutes nos condoléances aux familles des victimes, à nos compatriotes terrassés par l’angélisme, la lâcheté et la trahison de nos gouvernements successifs.

drapeauenberne

Pourquoi omet-on de rendre hommage à tous nos morts pour la France depuis 1945 ?

Dans notre belle commune de Sainte-Foy-lès-Lyon, nous étions nombreux autour du monument aux morts pour rendre hommage à nos soldats morts lors de la Grande Guerre. Nous étions unanimes pour nous en réjouir. Le souvenir reste et se transmet. Ce même élan se retrouve le 8 mai de chaque année pour commémorer la fin de la deuxième guerre mondiale. Chaque 5 décembre, la commune rend plus discrètement  hommage à nos morts durant la guerre d’Algérie. Une discrétion politique volontaire, la blessure étant longue à se refermer.

Mais, à l’écoute des différents discours, c’est comme si nous vivions depuis 45, grâce à notre salvatrice Europe, une paix s’apparentant à un long fleuve tranquille.

La loi du 28 février 2012 prévoit pourtant d’élargir la portée de cette journée à l’ensemble des morts pour la France tombés pendant et depuis la Grande Guerre. Je déplore donc qu’aucun message ne soit jamais adressé à nos soldats français morts en Indochine (au moins 20.000 morts) ou lors d’opérations extérieures (Liban, Tchad, ex-Yougoslavie, Afghanistan, Mali…). Entre 1963 et 2014, 402 soldats sont morts pour la France lors de ces opérations extérieures. Sans parler des otages ou victimes du terrorisme morts d’être français.

Non, la France n’est pas en paix. Chaque année depuis 1945 des hommes et des femmes meurent pour défendre notre unité nationale, notre identité et notre indépendance.

Si certains ne sont pas fiers de leur histoire ou de leur choix politique, nous nous devons tous d’être fiers de nos morts. 

Je rends un hommage tout particulier à Mme GAUDIN, maman fidésienne de Matthieu GAUDIN mort pour la France en Afghanistan en juin 2011 et qui m’a remis ce jour mon premier Bleuet de France ainsi qu’une photo de sa belle-fille et de ses cinq petits-enfants.

IMG