Mettre des mots sur les maux

Au gré de la lecture de la presse, je peux m’amuser de l’emploi de certains termes comme, par exemple,  “les usagers du service public de la justice” pour les détenus.

Je peux aussi me résoudre comme grand nombre de lecteurs de l’emploi abusif du terme “jeunes” qui ne trompent plus personne. Plus subtil ces derniers temps, l’usage du terme “sdf” pour qualifier dans la quasi-majorité des cas des clandestins c’est-à-dire des personnes séjournant en France en toute illégalité.

Mais l’emploi de l’expression “camarade” pour ces adolescents qui agressent, tuent et/ou violent les autres élèves de leur établissement me fait bondir à chaque fois. Dans la pensée populaire, un(e) camarade est une personne avec laquelle on entretient des liens affectifs, on partage une sorte d’amitié et une communauté d’intérêts. Les synonymes sont copain, ami, compagnon. Il peut s’agir certes d’un “mauvais camarade” mais le terme porte toutefois à confusion et un adolescent qui viole, torture, étrangle, tabasse, poignarde un autre élève n’est pas dans une relation de camaraderie. Et le fait d’être mineur ne lui enlève en rien la qualification de son acte, criminel ou délictuel. Les victimes ont besoin de mettre des mots sur leurs maux.

11 Novembre 2011 – La France rend hommage à ses soldats

En ce jour du 11 Novembre 2011, Sainte-Foy lès Lyon, comme toutes les communes de France, a rendu hommage à ses morts pour la Patrie, lors de la Grande Guerre mais aussi lors de tous les conflits ultérieurs. Un hommage tout particulier a été rendu à Matthieu Gaudin, fidésien d’origine, militaire français mort en Afghanistan en juin dernier le jour de la Pentecôte. Depuis, seize militaires français ont péri portant à 76 le nombre de soldats morts dans ce pays depuis la fin 2001.

Ne rentrant pas dans la polémique de l’utilité de cette guerre et du gâchis humain qu’elle génère, il est en outre fort regrettable qu’aucune rue, place ou monument public ne porte le nom d’un de ces combattants. Le 30 juin dernier, la Ville de Paris a inauguré la place Mohamed Bouazizi, du nom du jeune Tunisien dont le suicide par le feu a déclenché le soulèvement de la Tunisie. Cette place est située dans le 14ème arrondissement, près du parc Montsouris, au croisement de l’avenue Reille et de l’avenue Sibelle. La décision de donner à une place le nom du jeune tunisien avait été votée à l’unanimité par le Conseil de Paris le 8 février. N’aurait-il pas été plus judicieux de penser à nos morts pour la Patrie ?

J’espère que nos maires de la circonscription sauront se souvenir de leurs morts lors d’une prochaine attribution de noms de rues, places ou monuments sur leur commune.

Sur le même sujet

26 mars 2012   Le devoir de mémoire

30 septembre 2011   Réapprenons à nos enfants à aimer la France !

L'Aïd el-Kebir fêté au centre social de La Saulaie

Oullins    Ce petit encart du Progrès du 15.11.2011 peut sembler bien anodin et fort sympathique. Tout le monde se retrouve dans la convivialité le temps d’un goûter : “c’est dans la tolérance et le respect de tous, pour mieux nous connaître”.

Pourtant, un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) est, en France, un établissement public communal intervenant principalement dans l’aide sociale et l’animation des activités sociales. En qualité d’établissement public et en vertu de la loi de 1905, il semblerait qu’encore une fois, la laïcité, valeur fondatrice et principe essentiel de la République, soit à nouveau battue en brèche. Dans ce cas particulier, on peut s’interroger également sur la  neutralité absolue des agents publics.

Pourrait-on imaginer pareil titre en avril prochain “Pâques a été fêté au centre social de La Saulaie” ? Lire la suite

Pour la multiplication des radars ?

Depuis le 10 novembre 2011, le radar fixe de Pierre-Bénite installé sur l’A7 dans le sens Marseille-Lyon est opérationnel. Il vient s’ajouter aux quelques 2.000 radars automatiques fixes existants sur le territoire. Ce radar précède une zone d’entrée et de sortie de véhicules en provenance de l’A450 et en direction de Pierre-Bénite Nord qui connaît de nombreux accidents matériels et corporels. Il s’inscrit donc dans cette logique de lutte pour la sécurité routière. Il amorce d’ailleurs les 400 radars fixes supplémentaires qui seront installés sur le territoire d’ici fin 2012. Derrière cette politique tout à fait louable du gouvernement et qui nous est rabâchée du matin au soir à grand coup de chiffres se cache en fait de très importants enjeux financiers. Les amendes constituent une mine d’or pour le gouvernement qui ne peut se tarir en période de crise. Lire la suite

Daniel Deleaz, candidat Front de gauche sur la 12ème

Pierre-Bénitain depuis 1996, Daniel Deleaz est conseiller municipal depuis 2001 et adjoint depuis 2009. Il sera candidat Front de gauche aux législatives de juin 2012, faisant suite à la candidature annoncée de Michel Tarassioux décédé brutalement cet été victime d’une crise cardiaque. Communiste depuis 1977, membre des collectifs de section et de la fédération du Rhône,  technicien en installation dans une PME à Givors, secrétaire du CE de son entreprise, Monsieur Daniel Deleaz s’investit aussi dans le monde associatif.