La "cantine" des prisons à prix discount

Deux cents articles de première nécessité sont désormais vendus moins cher aux prisonniers qu’en supermarché. A tel point que certains postent des colis à leur famille ! “La différence de prix, c’est l’Etat, et donc le contribuable, qui la paie », dénonce pour sa part le syndicat du personnel pénitentiaire Ufap-Unsa.

Source Le Parisien 27 juin 2012