Et vous, cette année, ce sera Noël commercial, chrétien ou musulman ?

Dans mon enfance, il y a 40 ans de cela (!!!), j’ai été bercée par  toutes les belles histoires et traditions de Noël, la bûche et le repas de Noël, la décoration du sapin de Noël  et l’attente du Père Noël. Sans oublier bien-sûr la messe de Noël, la crèche et la naissance de Jésus. J’aimerais transmettre cette tradition à mes enfants.  Mais pour combien de temps ?
La tradition prend des coups dans l’aile. Les sapins ne sont plus à la mode. Ils disparaissent de la Grande Place de Bruxelles et font mauvaise impression dans les écoles françaises. Les crèches sur le domaine public sont interdites sous prétexte de laïcité. Les messes de minuit sont dorénavant programmées à 17h. Les chants de Noël ne doivent surtout pas avoir une connotation religieuse et sont donc triés sur le volet. D’ailleurs Noël lui même est devenu un “gros mot”. Il a disparu des agendas édités en millions d’exemplaires par la Commission européenne pour les écoles secondaires. Les marchés de Noël sont quant à eux rebaptisés “Jardins d’hiver”, “parfums d’hiver” comme à Amiens. Ou on donne à ces marchés des thèmes complètement lointains à Noël pour justifier l’impensable. Ainsi, à Toulon, le thème du marché de Noël n’est autre que Aladin d’où la seule attraction pour les enfants : un château gonflable en forme de mosquée. Mais il paraît que tout cela doit nous laisser indifférent.

Le repas de Noël est lui-même devenu un dilemne pour maintenir la tradition culinaire. Le foie gras sera bientôt interdit de fabrication, les huîtres se meurent, frappées d’un mal mystérieux et vous n’êtes pas assuré de ne pas manger une dinde halal sauf à trouver un producteur local. Et attention à l’alcool car il faut reprendre le volant. En outre, les prix sont devenus tellement prohibitifs que de toute façon le caddy doit s’alléger au maximum. Mais il paraît que tout cela doit nous laisser indifférent.

Quant aux cadeaux, c’est devenu la surenchère du “partage” en période de crise. Dès octobre, publicités, magazines et rayonnages dans les grandes surfaces rivalisent pour dépenser toujours plus. Combien se laisseront encore duper au risque de s’enfoncer encore un peu plus dans la crise. Cette surenchère commerciale s’est faîte au détriment des moments simples de partage qui étaient autrefois offerts par les comités d’entreprises, les municipalités et les écoles à l’occasion d’arbres de Noël. Cette tradition se perd mais au nom de quoi : crise ou laïcité ? Mais il paraît que tout cela doit nous laisser indifférent.

Et notre cher Père Noël, celui-là même qui berçait nos rêves d’enfance avec ses lutins et son pays imaginaire. Et bien la grande question existentielle du moment c’est “faut-il mentir aux enfants ?” et tout le monde de se pencher sur les drames psychologiques générés par un tel abus de pouvoir. Sur les réseaux sociaux, le grand débat est aussi de savoir si les musulmans en France peuvent et doivent fêter Noël. Et à chacun de se positionner sur cette fête qui est devenue la plus oecuménique au monde. Mais il paraît que tout cela doit nous laisser indifférent.

Alors pour vous cette année, ce sera Noël commercial, chrétien ou musulman ? Dépêchez-vous vite d’en profiter car “l’offre” ne saurait durer.  Mokless* nous l’a annoncéPetit Papa Noël est devenu un muslim !”

* Mokless née le 1 janvier 1977 est un rappeur français. Issu d’une famille d’origine tunisienne, il a grandit dans le quartier de Barbès. Petit Papa Noël, extrait de son nouvel album “L’ironie du son” disponible début 2013.