Lorsque qu'un humoriste, Mathieu Madénian, insulte les électeurs du Front national

Le 26 septembre dernier, l’humoriste Mathieu Madénian lançait dans l’émission de Morandini sur Direct 8 : 18 % de Français qui votent pour Marine le Pen et le Front National, c’est 18 % de fils de p**e.”  Il en remettait une couche le lendemain en s’excusant de ses propos auprès de “toutes les p**es (qu’il a) pu froisser.” Douze personnes se sont portées parties civiles acceptant ainsi de verser la consignation de 100 euros nécessaire pour poursuivre ( à fonds perdu par hypothèse !).

Le tribunal correctionnel de Paris a examiné ce matin, lundi 3 décembre 2012, cette question et rendra sa décision le 22 janvier. On préjuge déjà de celle-ci. Se bornant à aborder les faits d’un point de vue juridique, la procureure a jugé la constitution de partie civile du FN irrecevable, estimant que le parti n’est pas personnellement visé. Selon elle, il y a également un problème de caractérisation du délit à l’encontre des autres parties civiles.

Pour Me Hélène de Vigan, conseil de l’humoriste qui était absent la formulation était trop vague pour constituer une injure publique. Et si l’on peut considérer que «le propos n’est pas intelligent», il n’y a pas pour autant matière à le condamner pénalement, a-t-elle ajouté, plaidant la relaxe. Et puis, sans relaxe, il faudrait aussi condamner, pour ne citer qu’eux, Sophia Aram qui a qualifié les électeurs FN de “gros cons” le 25/03/2011 et Ruquier de “primaires” le 22/01/2011. On va quand même pas condamner pour si peu !