Tribune libre Muriel COATIVY – mars-avril 2017 – Notre police municipale armée sera-t-elle pour autant protégée ?

Pourquoi Marine va gagner les présidentielles 2017 ?

 Je vous donne rendez-vous lundi 6 mars 2017 pour vous en apporter la réponse lors de notre réunion militante de campagne de la XIIème circonscription du Rhône.
Reunionpublique06.03.17

Déjeuner militant samedi 25 février 2017 aux Sauvages, canton de Tarare

Réservez vite. Un déjeuner militant pour vous faire partager la dynamique locale en vue des présidentielles et des législatives 2017.En présence de nos responsables de secteurs.

8emecirc

La Saulaie à Oullins : un quartier calme où il fait bon vivre ?

Par Alain GODARD, élu Oullins Bleu Marine

Oullins n’est pas Chicago d’après le Maire François Noël BUFFET et ses amis de gauche. Dixit : il ne faut surtout faire d’amalgame ; le quartier de La Saulaie est un quartier calme et tranquille où tout va bien. Pour se défendre de l’agitation qui règne dans ce quartier, la gauche invoque comme prétexte qu’il s’agit d’un quartier oublié où rien n’a jamais était fait pour le rendre agréable à vivre.

Cependant, il faut bien se rendre à l’évidence. Depuis l’arrivée du métro, la vie s’est dégradée dans le quartier. Certes, la facilité apportée par son arrivée pour un certain nombre d’Oullinois ne doit pas faire oublier qu’il apporte aussi un mouvement de population, extérieure à la commune, plus important et une gare de transit qui apporte son lots de perturbation ; il ne faut pas se voiler la face.

Si Oullins était, par le passé, une ville tranquille et agréable à vivre, depuis quelques années, de part la politique de la ville menée par la majorité actuelle, elle est devenue une ville difficile avec des zones de non droit malgré les propos rassurant de Monsieur le Maire qui ne sait plus trop comment apaiser les esprits d’une population qui en a marre de cet incivisme et des agressions à répétition.

Pour preuve nous rappelons quelques faits qui s’y sont passés depuis 4 mois :

17.10.2016 : un employé municipal est agressé mais arrive à prendre la fuite sans être blessé.

18.10.2016 : un équipage de la police est victime de jets de projectiles

19.10.2016 : des individus escaladent un mur pour détruire la vidéo surveillance

20.21.10.2016 :dans la nuit, des individus décrochent dans une école le drapeau français pour le remplacer par le drapeau algérien. Les murs sont tagués et l’on peut lire : « Ici pas de flic et pour les autres, on est prié de la fermer ».

23.24.10.2016 : des coffrets électriques sont dégradés et les employés de la société qui opèrent au changement de ces coffrets sont pris à partie et insultés.

Dans le même mois la gendarmerie fait l’objet de jets de cocktails Molotov sans blessé heureusement.

Et enfin, pour couronner le tout, ce 13 février dernier, 300 gendarmes avec hélicoptère et chiens anti-drogue sont envoyés pour une opération drogue toujours dans le quartier de la Saulaie dont on savait déjà depuis longtemps ce qu’il s’y passait.

Mais pour pouvoir continuer à clamer haut et fort que la commune est une ville paisible et agréable à vivre,  l’équipe municipale en place se voile la face sous la houlette de son maire.

Oui Oullins est devenu une ville sans âme et surtout très insécuritaire, n’en déplaise à certains.

Muriel COATIVY, invitée de Gérard ANGEL dans les Coulisses du Grand Lyon sur Jazz Radio

Mardi 07 février 2017

Source : https://www.lyonmag.com

Bienvenue dans notre belle France version 2017 : Bisounoursland.

Lors de la réunion publique du 14 décembre dernier à Châtillon d’Azergues, je demandais au sous-préfet Pierre Castoldi si cela ne leur posait pas de problème de retenir contre leur gré des personnes étrangères souhaitant coûte que coûte rejoindre l’Angleterre, a fortiori dans un Etat de droit comme le nôtre où la libre circulation des personnes dans l’espace européen est un principe fondamental de l’Union Européenne.

On nous rétorque depuis des semaines que ce sont des mineurs, des enfants, des « garçons », des « jeunes », des « grands ados » … mais aucune preuve de leur âge, aucune déclaration en ce sens de façon catégorique de la part des autorités. Alors on invoque leur supposée minorité pour déclencher une procédure de fugue dans le cadre de la Protection de l’enfance. Et on tente de remplir coûte que coûte le Château même si les « enfants » récupérés à la gare ne sont pas à l’identique ! Qu’importe. Pour les tournois foot, les ateliers bois ou les soirées jeux de société, on ne peut pas rester à 4 !

La cerise sur le gâteau dans ce beau pays démocratique où la liberté de la presse est reine : pour la chargée de communication de la fondation OVE « Nous ne pourrons plus accueillir les journalistes dans le centre ». Circulez, on s’occupe de tout. 

Bienvenue dans cette belle France version 2017 Bisounoursland.

ChatillonOVELe Progrès Edition du 25/12/16

Chatillon20122Le Progrès Edition du 05/01/17

Les soudanais du château de Châtillon d’Azergues, nostalgiques des barrages de Calais !

entete-fn69

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

Depuis le 3 novembre dernier, Châtillon d’Azergues, petite bourgade paisible de 2500 âmes, connaît une situation de crise sans précédent… l’arrivée de « migrants » soudanais. 36 mineurs isolés selon certains, 55 clandestins majeurs selon d’autres. Qui croire eu égard au peu de transparence de la situation ? Sur la photo du Progrès du 4 novembre dernier, nos « jeunes adolescents » font preuve d’une grande maturité…
Selon le directeur du centre qui les loge : «  Ces braves soudanais aspirent à vivre paisiblement et ne causent de tort à personne ». Sic. Mais voila que rien ne se passe comme prévu…

Moins d’un mois après leur installation, le Collectif Châtillon en Colère reçoit déjà plaintes et doléances :
Le dimanche 20 novembre, huit de ces clandestins s’introduisent par effraction dans une propriété privée du quartier de la Colletière, et menaçants, ont détérioré clôture et piscine hors sol.
Le samedi 26 novembre, nos clandestins se plaignent de la qualité « médiocre »  des repas qui leur sont servis gracieusement à la cantine et se rebiffent en organisant une manifestation sauvage par un barrage de rue dans le village. Le Progrès, dans sa transparence journalistique, parle d’une dizaine de migrants à manifester leur mécontentement vis-à-vis de la cantine. Ils sont en réalité une bonne vingtaine à provoquer un barrage de rue dans le village, délit passible rappelons-le de 4.500 € d’amende et de 2 ans d’emprisonnement ! (art. L 412-1 du code de la route).
Le maire, alerté par ses riverains, reçoit le Collectif Châtillon en Colère et se déclare impuissant quand à leurs revendications légitimes. Le maire entame une médiation et cherche une solution.
Eurêka ! Le lundi 28 novembre, le collège-Lycée Simone Weil a l’insigne honneur d’être le premier établissement à ouvrir une classe pour accueillir les « jeunes mineurs isolés », parlant tous arabes ou anglais, mais aucun le français. S’agit-il de leur ouvrir une classe de cours de séduction pour éduquer les nouveaux venus souffrant du barrage de la langue à l’art du flirt et à la « sexualité française » à l’instar de l’Allemagne ?

Muriel Coativy, Philippe Drobniak, responsable de la 8ème Circonscription et les adhérents FN du Rhône apportent tout leur soutien au Collectif « Châtillon en colère » et aux associations lucides qui se battent pied à pied pour faire respecter le droit. Le désintérêt des pouvoirs publics face à ces situations dangereuses doit être dénoncé et le désarroi des habitants entendu.
Nous demandons au préfet, responsable des « fragiles » équilibres sociaux et économiques, de prendre des mesures coercitives pour faire rapatrier immédiatement ces clandestins à la frontière et de cesser définitivement l’implantation forcée de clandestins qui ne souhaitent aucunement se soumettre aux lois françaises et encore moins rester en France.
Les incantations droitdelhommistes et les insultes des responsables politiques et des associations de migrants envers les populations rhodaniennes désemparées sont devenues totalement grotesques et indécentes.
Une chose est sûre, les Châtillonnais se souviendront dans les urnes du traitement hors-norme de situations pour le moins ubuesques qui pourraient vite tourner à la catastrophe. Au nom du Peuple, en 2017, je vote Marine !

migrantschatillon