Pourquoi je serai présente le 16 octobre prochain à la Manif pour Tous ?

dsc_1269« On ne lâche rien ». Tel était le slogan, dès l’origine, de la Manif pour tous.

Dimanche 13 janvier 2013, je faisais partie de ces milliers de français descendus dans la rue pour défendre la famille et la filiation. Tous convergeaient de toute part, pacifiques mais déterminés, pour rappeler combien la famille devait rester la cellule de base de la société. Certains au nom de la Loi Naturelle, d’autres selon les principes même des lois de la nature. Tous avaient cette hantise de voir l’homme se transformer en apprenti-sorcier soit pour des intérêts financiers alléchants, soit au nom de préceptes idéologiques socialisants.  Nous y avons cru. Les Français étaient dans la rue.

Les manifestations se sont alors succédé et nous avons déchanté. Ce mouvement, à l’origine apolitique et aconfessionnel, a très vite pactisé avec l’UMP, snobant les militants frontistes et refusant toute tribune aux élus Bleu Marine.

Mais, s’il y a bien un élément qui caractérise un militant frontiste, c’est qu’il ne lâche rien.

Alors, oui, la Manif pour tous s’est politisée. Alors oui, Sens Commun s’est greffé sur le mouvement. Alors oui, les élus FN seront encore ignorés, méprisés, bousculés. Alors oui, la majorité des français présents le 13 janvier 2013 resteront, 3 ans 1/2 plus tard, au chaud, chez eux, parce que fatalistes et résignés, ils sont aujourd’hui plus inquiets des prochains attentats terroristes ou arrivées de « migrants » dans leur village que du sort des mères porteuses et des enfants à naître à l’autre bout du monde. Nous ne pouvons pas leur en vouloir. Les Français sont manipulés.

Dimanche 16 octobre 2016, je serai là. Parce que, malgré la politisation du mouvement, malgré la désillusion de l’engagement populaire, malgré le fatalisme qui accompagne notre changement de société, ce combat est plus sociétal que politique. Messieurs Fillon, Maritton, Poisson vous mentent, en vous assénant des « Dormez tranquilles, on s’occupe de tout ». Parce que cela irait à l’encontre de leurs desseins européistes et mondialistes.

Dimanche 16 octobre 2016, ils se garderont tous de vous dire que seul le Front national a la possibilité politique de protéger l’enfant, le parent, la famille. Parce que seul le Front national a la volonté politique de retrouver sa souveraineté face à cette Europe de Bruxelles de plus en plus fédéraliste et face à cette CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme)  qui nous impose ses diktats sociétaux. Parce que seul le Front national a la volonté politique de s’opposer à la mondialisation qui, par les marchés lucratifs qu’elle engendre, emporte tout sur son passage jusqu’à l’éthique elle-même.

« Louer son ventre pour faire un enfant ou lever ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? » Pierre Bergé – 2012. Peut-on vraiment se résigner à une telle affirmation ?

Dimanche 16 octobre 2016, je serai présente à la Manif pour Tous pour m’insurger contre cette décadence sournoise de notre société, cette perte programmée de notre identité et de nos valeurs fondamentales, cette manipulation voulue des français. Et, parce qu’on ne lâche rien, j’espère un jour pouvoir m’écrier «Veni, vidi, vici». #AuNomDuPeuple.

Sainte-Foy-lès-Lyon – Affaire Preynat. Trop, c’est trop !

preynatQui n’a pas entendu parler de l’affaire du Père Preynat, ce prêtre mis en examen le 27 janvier 2016 pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991 alors qu’il était vicaire de la paroisse Saint-Luc de Sainte-Foy-lès-Lyon ?

Cette « affaire » fait la UNE du Progrès depuis plus d’un mois. Chaque jour, ou presque, les journalistes nous submergent, au gré des rubriques, de nouvelles « informations ». Ce jour, alors qu’il est si rare d’avoir des nouvelles de notre commune Sainte-Foy-lès-Lyon dans « l’actu Lyon ouest », une page entière nous convie aux témoignages de la communauté catholique de la commune. Les terroristes de Bruxelles passent du coup pour des touristes de passage, à côté, dans leur petit onglet !

Enfin, si rare, que dis-je ? hier mercredi 23 mars 2016, nous avons eu droit aussi, dans la rubrique enquête, à une page entière sur une prétendue légende selon laquelle, à Pâques, sur la commune, jusqu’en 1830, les bouchers dépeçaient des agneaux suspendus, prisonniers dans des cages en fer, en les écorchant vifs  … pour faire mémoire de la mort du Christ. Pour, au final de l’article, apprendre que ce ne serait qu’une pure légende à des fins anti-cléricales. A quoi bon donc une telle information donnée sur l’ensemble de la région ?

Il ne s’agit nullement de revenir sur l’éventuelle culpabilité du père Preynat et de l’éventuelle implication de ses supérieurs. La justice est saisie et nous devons lui laisser faire son travail. Le principe de la présomption d’innocence est un principe fondamental du système judiciaire français. Pourtant, encore une fois, l’appétit des médias à des fins mercantiles et anti-cléricales semble encore plus important que le respect de la loi, pouvant aboutir à un réel lynchage médiatique condamnant sans nuance un individu voire même en l’espèce toute une communauté.

A l’heure du #pasdamalgame et du #tousuniscontrelahaine, pourquoi un tel acharnement de mauvaise foi de notre presse locale dans la présentation de l’actualité et dans le respect de nos lois ? J’invite la direction du Progrès, dans ce même souci d’apaisement qui la guide à l’égard de certaines communautés, d’avoir la même démarche à l’égard de la communauté chrétienne. Pourquoi ne pas faire découvrir à vos lecteurs toute la richesse et la grandeur de la communauté chrétienne au travers des actions de l’association SOS Chrétiens d’Orient notamment, une association qui oeuvre à la réalisation de projets concrets promouvant la fraternité avec les chrétiens d’Orient. Il y aurait tant à dire. Vous ne seriez alors pas obligés de faire les fonds de bistrots de Sainte-Foy-lès-Lyon.

Coup de gueule de la semaine : et si la journée de la femme n’était qu’un gros coup de com ?

journéefemmesPar Muriel COATIVY, directrice FN69

Vous n’aurez pas raté l’évènement. Lyon et sa banlieue se couvrent d’affiches en vue du 8 mars 2016 et de sa nième journée internationale des droits des femmes avec cet innovant slogan « Nul n’est censé ignorer mes droits ». Une affiche d’accroche pour découvrir un programme marathon qui se clôture le dimanche 20 mars à 14h par un après-midi récréatif « chanter contre la violence » !

Cela semble assez bien résumer l’action offensive de nos politiques d’aujourd’hui …

Il ne vous aura pas échappé que dans le même temps la justice relaxait il y a moins d’un mois le rappeur Orelsan pourtant accusé des pires propos sexistes au nom « du mal-être, du désarroi et du sentiment d’abandon d’une génération ».

Une grande enquête d’opinions IPSOS révélait le mois dernier que pour 27 % des Français, l’auteur d’un viol est moins responsable si la victime porte une tenue sexy. Alors, oui, l’après-midi « chants » va devoir être très récréatif !!!

Dans le même temps, Rachid Abou Houdeyfa, l’imam de Brest surnommé le « salafiste You Tube » tant il est présent sur les réseaux sociaux et donc très médiatique dans ses prêches, met en ligne une vidéo où il affirme que les femmes non-voilées ne doivent pas s’étonner d’être violées.

Pour rappel, l’imam salafiste de Brest, protégé par la municipalité socialiste et le gouvernement, ouvrira son école coranique à Brest où il accueillera des centaines d’enfants dès le mois de juin. Et dans l’indifférence générale, il se vante sur son site d’avoir eu le soutien du père Claude et du père Fabrice le 26 septembre dernier lors du repas de AI AID.

Alors certes, « nul n’est censé ignorer mes droits » mais c’est un peu le « qui ne dit mot consent » qui prime en l’espèce !!! Silence complice et complaisance silencieuse du gouvernement, de la justice, des autres religions … cela n’augure rien de bon.

Mesdames, attention, gros coup de com mardi. Mais, dans l’indifférence générale, votre vraie fête risque bien d’être tous les autres jours de l’année.

Coup de gueule de la semaine : Orelsan relaxé au nom du « sentiment d’abandon d’une génération ».

020Par Muriel COATIVY, directrice FN69

«Renseigne-toi sur les pansements et les poussettes, j’peux t’faire un enfant et t’casser le nez sur un coup de tête», «ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner», «Les féministes me persécutent, comme si c’était d’ma faute si les meufs c’est des putes».«J’vais te mettre en cloque, et t’avorter à l’Opinel»…

Le rappeur Orelsan, de son vrai nom Aurélien Cotentin, poursuivi pour « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » contre les femmes, a été relaxé jeudi 18 février 2016 par la cour d’appel de Versailles.

La Cour relève que « sanctionner de tels propos « au titre des délits d’injures publiques à raison du sexe ou de la provocation à la violence, à la haine et à la discrimination envers les femmes reviendrait à censurer toute forme de création artistique inspirée du mal-être, du désarroi et du sentiment d’abandon d’une génération en violation du principe de la liberté d’expression ».

Marine Le Pen nous rappelait très judicieusement (comme d’habitude d’ailleurs) en 2009 que, dans le même temps, nous envoyons nos enfants mourir en Afghanistan et au Moyen-Orient pour défendre, entre autres, le droit des femmes … Foutaise. « On nous a menti, une fois de plus ».


Marine Le Pen parle d’Orelsan

Quel bonheur de marier un homme et une femme …

mariage1J’ai eu l’immense honneur de célébrer le 2 juillet dernier le mariage de Michelle et Jean-Marc à la mairie de Sainte-Foy-lès-Lyon en ma qualité d’officier d’état-civil.

Quel bonheur de marier un homme et une femme.  Quelle grande motivation dans mon rôle d’élue, de représentante de la République. Quelle belle occasion de rappeler ainsi  le combat que je mène depuis plusieurs mois pour sauver notre institution mariage loin des intérêts politico-financiers de la PMA/GPA.

J’adresse aux mariés mes voeux de bonheur les plus sincères et les remercie encore de la confiance qu’ils m’ont témoigné.

mariage2

La mairie prendrait-elle les familles en otages de la réforme des rythmes scolaires ?

Question écrite de Muriel COATIVY, Sainte Foy Bleu Marine

Conseil municipal du 2 juillet 2015

enfantcartablePar décision du 1er juin 2015, la commission de dérogation de la mairie a rejeté une demande de dérogation de la carte scolaire d’un enfant de 9 ans, de l’école de la Gravière à l’école du Centre. Motif invoqué : la réorganisation familiale engendrée par un choix personnel d’inscription de l’un des enfants dans un établissement privé n’est pas un motif reconnu de dérogation.

Pourtant, parmi les motifs de dérogation recevables,  il y a le rapprochement de fratrie.

La petite sœur fait sa première rentrée scolaire en petite section de maternelle à l’école catholique du Centre. Une dérogation est demandée pour que le grand frère soit inscrit à l’école du centre afin de se rapprocher de sa petite sœur … Expliquez-moi comment dans ce cas précis il n’y a pas rapprochement de fratrie ? Le refus est d’autant plus incompréhensible que, vous le dîtes vous-mêmes, des places sont disponibles au vu des effectifs scolaires.

Alors pourquoi ce refus ?

Serait-il justifié parce que l’inscription de la petite sœur se fait dans un établissement privé ? Doit-on prendre parents et enfants en otages dans cette guerre sans fin public/privé ?

Serait-il aussi justifié parce que la raison profonde de ce changement est la volonté des parents de fuir la réforme des rythmes scolaires pour leurs enfants ? Cette famille, comme nombre d’autres parents certainement, n’a fait que reprendre les réserves émises par des directeurs d’écoles dans les conclusions que l’on retrouve en page 34 du bilan TAP juin 2015 :

  • Matinée du mercredi trop longue pour les enfants
  • Irrégularité des horaires de fin d’école
  • Constat de fatigue importante chez les enfants
  • Instabilité des équipes d’animation
  • Thématiques des TAP trop « scolaires »

Sans compter le surcoût financier important pour des revenus modestes.

Doit-on prendre parents et enfants en otages de la réforme des rythmes scolaires ? Ne me faîtes pas croire que la véritable raison soit là parce que vous auriez peur que ce cas d’école incite à d’autres cas similaires ? Ne me faîtes pas croire que vous fermez délibérément les yeux sur le bien-être et la sécurité d’un petit fidésien de 9 ans et que vous vous asseyez sur un motif on ne peut plus recevable juste pour défendre une réforme gouvernementale vouée à l’échec et qu’il ne faudrait surtout pas laisser une once de liberté aux familles au risque que nombre d’entre eux s’engouffrent dedans ? Car si c’était cela, elle serait belle notre République démocratique et notre sacro-sainte liberté d’enseignement (art. 17 de la loi Falloux).

Coup de gueule de la semaine

Métronews 18 juin 2015 Page de garde : IMMOBILIER P.9 “Prenez vos précautions pour acheter à deux”.

Page 9 …

metronews
Vu la photo, si vous êtes un couple hétéro, vous êtes vraiment Has been !
Le thème de la semaine prochaine : “A chaque couple, son enfant” ?

Non à la légalisation déguisée de la GPA en france

mcoatmanifCOMMUNIQUE DE PRESSE DE MURIEL COATIVY,

  • SECRETAIRE DEPARTEMENTALE ADJOINTE DE LA FEDERATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE
  • RESPONSABLE DE LA XIIEME CIRCONSCRIPTION DU RHÔNE
  • CONSEILLERE MUNICIPALE FN/RBM SAINTE-FOY-LES-LYON

Ce soir, lundi 8 juin 2015 à Lyon aura lieu un grand rassemblement pour s’opposer à l’introduction sournoise et la légalisation déguisée de la GPA en France. En qualité de conseillère municipale Sainte Foy Bleu Marine et responsable de la XIIème circonscription du Rhône, j’invite tous les fidésiens et les habitants de l’ouest lyonnais à se joindre à ce grand rassemblement citoyen du 8 juin 2015 à Lyon. Je ne pourrais hélas pas physiquement participer à cette manifestation mais, comme toujours, je serai de tout coeur avec vous. Parce que, depuis le début, ON NE LÂCHE RIEN ! Seule signataire de la charte de la Manif pour Tous parmi les candidats têtes de liste aux municipales 2014 sur ma commune, je suis la seule élue de Sainte-Foy-lès-Lyon à m’opposer vivement à la Loi Taubira, de sa conception à ses conséquences les plus désastreuses pour les droits des enfants et la dignité des femmes.

Rappelons que la Loi Taubira est passée « par la force » malgré le réveil du  peuple français alors, l’Etat ne prendra pas deux fois le même risque et préfère, comme nous l’avons annoncé depuis le début, faire passer la GPA  « en douce », en toute hypocrisie.

Soyons lucides. Sans l’abrogation de la loi Taubira ouvrant les mêmes droits aux couples homosexuels qu’aux couples hétérosexuels, la France est condamnée à légaliser la PMA et la GPA  sous peine d’être poursuivie par la Cour Européenne des droits de l’homme ( au titre de l’art. 8 de la Convention Européenne).

L’RPS, qui ne reviendra pas sur la loi Taubira, a beau dire le contraire, que non, la PMA / GPA n’est pas d’actualité en France, c’est de l’enfumage.

Christiane Taubira 17 mai 2015 : « On ne doit pas refuser » l’inscription à l’état civil des enfants nés par Gestation pour autrui (GPA), pratique pourtant interdite en France. En octobre 2014, le Premier ministre Manuel Valls avait quant à lui assuré que la reconnaissance des enfants nés par GPA resterait interdite en France, malgré la condamnation par la CEDH, position réaffirmée récemment par Najat Vallaud-Belkacem.  Ces multiples positions sont révélatrices de l’insupportable hypocrisie du gouvernement socialiste.

Collégien, il faut que tu saches……….

georgesLPar Georges Labouche, ancien conseiller municipal de Sainte-Foy-lès-Lyon

Alors que les nouveaux programmes scolaires, imposés récemment par décret, vont encore contribuer à ta perte de repères, à l’ignorance ou la falsification du Passé, sache que notre Histoire, celle du deuxième conflit mondial, est riche de témoignages émouvants. Celui, entre autres, du Cdt de Marine Honoré d’Estienne d’Orves qui mériterait aussi un hommage de la Nation, comme dernièrement au Panthéon où, mieux que beaucoup d’autres, il aurait sa place. Compagnon de la libération à titre posthume, condamné à mort par la cour martiale allemande le 13 mai 1941 avec huit de ses compagnons, il symbolisa la toute première vague de résistants de droite dont on parle si peu aujourd’hui ! A l’Aumônier allemand, l’accompagnant dans ses derniers instants, il dira « Je prie Dieu de donner à la France et à l’Allemagne une paix dans la justice, qui rende aussi à mon Pays sa GRANDEUR ». 60 ans après, lors d’une cérémonie anniversaire du débarquement allié en 1944, l’ancien Chancelier Allemand G. Schroêder écrivait à sa fille « il n’y a probablement que peu d’êtres humains qui, face à la mort, expriment aussi fortement leur Foi…..et qui ont déjà pardonné à leurs bourreaux ». Oui, jeunes collégiens, sevrés de notre histoire glorieuse, souvenez-vous de celles et ceux, comme Honoré d’Estienne d’Orves, ont, par leurs sacrifices, ouvert la voie à une France, encore libre.

 

Pourquoi nos enfants ne chantent-ils plus la Marseillaise ?

marianneLors de la préparation en mairie de la commémoration du 8 mai 1945 à Sainte-Foy-lès-Lyon, il avait été convenu que les enfants du Conseil Municipal des Enfants chantent la Marseillaise, au moins le refrain et le 7ème couplet, dit “couplet des enfants”.

Si l’on peut saluer unanimement la présence et la participation en grand nombre des enfants et aussi et surtout du Conseil des Jeunes, je ne peux que regretter encore et toujours le peu d’emphase à l’intonation de notre hymne national par l’ensemble des participants. Certes nul n’est obligé de chanter la Marseillaise mais depuis une circulaire de 2011, l’enseignement de la Marseillaise est obligatoire en CM1 et l’hymne national doit également être chanté à chaque fois que c’est possible par les enfants, notamment lors de cérémonies commémoratives.

Certes, quant à l’apprentissage de la Marseillaise notamment,  le 13 janvier dernier, le Conseil national d’évaluation scolaire (CNESCO) publiait une étude sévère sur la façon dont l’apprentissage de la citoyenneté est réalisé dans les écoles françaises. Ses conclusions: il y a un écart certain entre les programmes et la réalité des enseignements transmis aux élèves.

Quant au chant de l’hymne par les enfants lors de cérémonies commémoratives, l’argument de la violence des paroles revient en boucle. Or, il convient de rappeler que la Marseillaise, chant de guerre, est le produit d’un moment de notre histoire, celui de la Révolution. Les enfants, soumis chaque jour à des violences tout aussi équivalentes sinon pires, sont tout à fait capables d’entendre et de comprendre cette “violence guerrière” s’inscrivant dans notre histoire nationale avec a minima de pédagogie. Lisser les paroles de notre hymne serait une étape supplémentaire à la réécriture de notre histoire de France.

Permettez-moi de conclure avec ces paroles de Jacques CHABAN-DELMAS, ancien Premier ministre, Compagnon de la Libération.
” Ayant appris au moins le refrain, et, sans doute, un ou deux couplets de la Marseillaise dans ma prime enfance, ayant été élevé dans la vénération de la France, la Marseillaise est pour moi un chant émouvant, entraînant et infiniment précieux.
Heureusement qu’il n’est pas question de changer la musique ; et je ne pense pas qu’il soit absolument nécessaire d’adapter les paroles à notre époque : le présent s’explique par le passé, et c’est le présent qui doit éclairer l’avenir “

Sur le même sujet : vos-enfants-apprendront-ils-la-marseillaise-cette-annee/