Quel urbanisme sur notre commune demain ?

stefoyurbanismeLe conseil municipal du 20 novembre 2014 a voté la hausse du seuil de mixité sociale en le faisant passer de 25 à 30 % afin de rattraper le retard du taux de logements sociaux sur la commune qui est actuellement de 12,27 % et qui devrait, selon la loi, être de 25 % en 2025. A défaut, il conviendra de continuer à payer le prélèvement SRU (+ 200.000 € en 2013).

Ce qui transparaît dans ce rapport, c’est qu’au-delà de modifier légèrement le seuil de mixité sociale et de renforcer le type de logement aidé, la volonté est, et c’est une nouveauté sur notre commune, de se soumettre aux exigences de la « Loi Duflot 1 » (pour ne pas citer les diktats de la future Métropole) et de se soustraire ainsi aux sanctions financières que nous avons provisionnées et payées jusqu’à ce jour.

A partir de là, pour moi, la municipalité peut s’accorder deux orientations possibles :

  1. La Municipalité fait le choix de se conformer aux exigences de la Loi Duflot 1 et aux pressions d’urbanisation à outrance de la Métropole et décide donc de construire d’ici à 2025 le maximum de logements sociaux manquants.

Pour compenser les logements manquants, 1215 logements sociaux à 2025, si on respecte les seuils de mixité sociale de 30 %, il faudrait construire 4050 logements. Pour rappel, en 40 ans, de 68 à 2008, on a doublé notre parc immobilier passant de 4.800 logements à 9.600. En moins de 20 ans, il faudrait le faire passer de 9.600 à 14.000 … une augmentation exponentielle sur un secteur déjà un des plus denses du Grand Lyon avec une raréfaction du foncier. Où va t’on construire ces 4050 logements ? Chantegrillet, Plan du Loup, Beaunant ??? La municipalité va t’elle se défaire d’une grande partie de son patrimoine immobilier ? Quid de l’école Chantegrillet notamment ? Quelles infrastructures routières ? Les fidésiens seront-ils consultés ?

Certes, cette perspective d’urbanisation peut être alléchante pour la commune. Elle qui ne vit principalement que grâce aux recettes fiscales liées aux taxes d’habitation et taxes foncières. Donc le calcul est simple, plus il y a d’habitants, plus il y a de recettes. Mais si on cède notre patrimoine immobilier notamment à travers nos écoles (Beaunant hier, Chantegrillet demain) quand il faudra recréer des classes pour les nouveaux arrivants, on fera comment ? Le foncier peut se mettre à la disposition de toujours plus d’habitations mais les infrastructures de services doivent suivre et être pensées bien en amont.

Sur ce domaine, la municipalité se prépare à un bras de fer continue avec les riverains Lire la suite

Ste-Foy-lès-Lyon opte pour plus de logements sociaux.

Le conseil municipal du 20 novembre 2014 a voté la hausse du seuil de mixité sociale en le faisant passer de 25 à 30 % afin de rattraper le retard du taux de logements sociaux sur la commune qui est actuellement de 12,27 % et qui devrait, selon la loi, être de 25 % en 2025. A défaut, il conviendra de continuer à payer l’amende fiscale, le prélèvement SRU (+ 200.000 € en 2013).

Si, sur le papier, les motivations sont louables et que Sainte Foy Bleu Marine défend le principe des logements sociaux, en pratique on peut émettre plusieurs réserves :

  1. Ces logements, souvent à la disposition d’organismes publics ou sous contrôle d’élus, sont matière à un important clientélisme. C’est pourquoi Sainte Foy Bleu Marine réaffirme son souhait de réserver prioritairement l’affectation de ces logements aux fidésiens répondant aux exigences d’éligibilité (les jeunes voulant rester sur la commune, les familles monoparentales devant se reloger permettant aux enfants de rester sur leur établissement scolaire, les personnes âgées voulant rester sur la commune ou se rapprocher de leur famille).
  2. La population concernée, aux revenus modestes par définition, bénéficie souvent d’abattements de taxe d’habitation, voir d’une exonération mais aussi de tarifs sociaux avantageux (cantines …) voire d’allocation de la part du CCAS. Elle est donc potentiellement plus source de dépenses que de revenus pour la commune. Parallèlement, la valeur locative moyenne sur la commune peut baisser du fait de l’augmentation massive de constructions avec une moindre valeur locative. Consacrer d’avantage de foncier, de financement (livret A, autres dispositifs fiscaux …) et de moyens de réalisation au logement social neuf renchérit les coûts correspondants pour le secteur «libre». Cette concurrence déloyale entre les deux secteurs locatifs renforce alors l’attrait des ménages (éligibles ou non) pour le logement social. C’est le début de la quête infernale au logement accessible.

Comme le résume si bien Canol, « par ses effets pervers, le mythe du logement dit  « social » n’est ni social ni économique mais politique »

Sainte Foy Bleu Marine a donc soumis le vote de ce rapport à l’exigence de réserver les 30 % affectés aux logements sociaux prioritairement aux fidésiens. Une demande jugée sans doute politiquement incorrecte générant un large dédain puisque la majorité n’a même pas jugé utile de répondre à notre requête*. Peut-être pense t-elle qu’elle n’intéresse pas suffisamment les contribuables fidésiens ?

* une habitude hélas courante depuis la mise en place de l’actuelle municipalité, nos questions au Conseil restant pour la plupart lettre morte avec un très poli “nous vous remercions de votre intervention” et un sous-entendu “nous ignorerons votre question”. Un courtois mépris très fidésien … des fidésiens !

[formidable id=6]

Bienvenue à Sainte-Foy-lès-Lyon

Le 23 mars dernier, la municipalité inaugurait en grandes pompes l’équipement “toilettes publiques” de la place Soubeyrat. C’était sans compter la fâcheuse erreur de conception : deux urinoirs au vu de tous, en plein coeur de la place du marché, au niveau d’un feu rouge très fréquenté et en ligne de mire de la cour de récréation d’une école primaire !

Les élus se sont engagés à dresser un petit muret isolant visuellement ces urinoirs mais à ce jour, un mois après, quatre barrières de sécurité décorent toujours les lieux. Connaissant bien les délais usités par l’équipe municipale actuelle pour réaliser le moindre petit équipement, je serais curieuse de connaître le temps qu’il va falloir attendre pour voir se dresser ce muret qui sera par excellence inesthétique.

Des deux adjoints qui s’étaient disputés la paternité de ce projet, Messieurs ASSI et BAVOZET, aucun ne doit se réjouir de récupérer le pavé dans la marre.

cf article sur le thème : Plan « Com » à Sainte-Foy-lès-Lyon autour de l’inauguration d’un équipement « Toilettes publiques »

toilettesstefoy

Plan "Com" à Sainte-Foy-lès-Lyon autour de l'inauguration d'un équipement "Toilettes publiques"

toilettespubliquesRLa mairie de Sainte-Foy-lès-Lyon s’est lancée dans une grande opération de communication autour du Plan “Toilettes publiques” et a inauguré en grandes pompes samedi matin le premier équipement place Soubeyrat. Un dépliant a été soigneusement envoyé à grands frais à tous les acteurs de la commune. Monsieur le Maire, l’adjoint à l’aménagement du territoire et celui au cadre de vie de proximité ainsi que toute l’équipe municipale nous conviaient autour de ce grand moment citoyen, couvert par la presse. Combien étaient-ils ? Excusez-moi de ne pouvoir vous répondre. Je me préparais personnellement, comme grand nombre de fidésiens, à manifester pour sauvegarder notre code civil et sauver les bases de la filiation, d’autres priorités à nos yeux donc.

Et pourtant, combien de temps les aurais-je attendu ces toilettes décentes ? Lire la suite

Comment 2 amendements proposés par deux députés FN au sujet du logement social sont balayés en 2 mots par les autres

Une vidéo de 4 minutes pour mieux comprendre comment la classe politique actuelle répond aux préoccupations de 6,4 millions de français !

Les Motards en colère … font tout pour le rester !

Le n°286 d’avril 2012 de Moto Magazine retrace et analyse les différentes réponses apportées par les candidats à la présidentielle sur le thème de la mobilité et de la sécurité routière des 2RM. “Blog des présidentielles motomag//ffmc2012”

En effet, en février dernier, les trois instances françaises majeures de la moto et des loisirs motorisés, la Fédération Française de Motocyclisme (FFM), la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) et le Collectif de Défense des Loisirs Verts (CODEVER) ont interrogé les principaux candidats à l’élection présidentielle pour connaître leur position sur le motocyclisme en général. Si Marine Le Pen a répondu clairement et positivement aux questions posées, force est de constater que ce ne fut pas le cas de tous, la “langue de bois” ayant été largement utilisée. Pour rappel, les trois revendications principales des Motards en Colère restent le projet d’un contrôle technique pour les cyclos, l’éventuel port d’un dispositif réfléchissant et la légalisation de la circulation interfiles.

Les positions de Marine Le Pen, basées sur une sécurité routière moins punitive, à l’opposé de la situation actuelle, furent claires, ambitieuses et pleines de bon sens : Lire la suite

Pour la multiplication des radars ?

Depuis le 10 novembre 2011, le radar fixe de Pierre-Bénite installé sur l’A7 dans le sens Marseille-Lyon est opérationnel. Il vient s’ajouter aux quelques 2.000 radars automatiques fixes existants sur le territoire. Ce radar précède une zone d’entrée et de sortie de véhicules en provenance de l’A450 et en direction de Pierre-Bénite Nord qui connaît de nombreux accidents matériels et corporels. Il s’inscrit donc dans cette logique de lutte pour la sécurité routière. Il amorce d’ailleurs les 400 radars fixes supplémentaires qui seront installés sur le territoire d’ici fin 2012. Derrière cette politique tout à fait louable du gouvernement et qui nous est rabâchée du matin au soir à grand coup de chiffres se cache en fait de très importants enjeux financiers. Les amendes constituent une mine d’or pour le gouvernement qui ne peut se tarir en période de crise. Lire la suite